•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre de Thomas Cameron : l'accusé devrait plaider coupable

Photo de Thomas Cameron et des rubans sont accrochés à une clôture.

Des rubans multicolores ont été accrochés à une clôture du parc Adrien-Cambron, à la mémoire de Thomas Cameron (archives).

Photo : Radio-Canada / Katy Larouche

René-Charles Quirion

L’individu de 19 ans accusé du meurtre de Thomas Cameron, survenu l’été 2019, à Sherbrooke, devrait plaider coupable lors de son prochain passage devant le tribunal.

Il a renoncé, lundi, à un procès devant juge et jury en Cour supérieure. Son avocate, Me Kim Dingman, a par la suite annoncé en Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec que l’accusé allait reconnaître son implication en juillet prochain.

Thomas Cameron, 18 ans, avait été découvert sans vie le 3 août 2019 vers 21 h 30 au parc Adrien-Cambron, dans l’arrondissement de Fleurimont

Peine pour adulte?

Le jeune homme accusé de ce meurtre avait 17 ans et 11 mois au moment des gestes qui lui sont reprochés. Il fait cependant face à une accusation de meurtre au premier degré, et pourrait se voir imposer une peine pour adulte.

Une trame des faits qui sont reprochés à l’accusé donc déposé lors de son passage en cour, en juillet. Un rapport prédécisionnel sera aussi demandé, de même qu’une évaluation médicale et psychologique.

Le fardeau revient à la poursuite de prouver que la culpabilité morale de mon client était semblable celle d’un adulte.

Une citation de :Me King Dingman, avocat de la défense

Au début des procédures, en août 2019, la procureure aux poursuites criminelles et pénales, Me Nathalie Robidoux, avait déposé un avis d’assujettissement à une peine pour adulte dans le cas où l’accusé serait déclaré coupable.

Si une peine pour adulte est imposée, c’est une sentence à vie que l’accusé devra purger à la suite de sa peine de prison. Il resterait alors sous la surveillance de la Commission canadienne des libérations conditionnelles, explique la procureure.

Il n’est pas possible d’identifier l’accusé, puisque les procédures se déroulent en Chambre de la jeunesse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !