•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'APTS commence sa grève, la première dans la santé et les services sociaux

Trois travailleurs syndiqués avec l'APTS ont des drapeaux aux couleurs du syndicat dans les mains et font du piquetage devant l'hôpital de Sept-Îles.

L’APTS compte 60 000 membres qui travaillent dans les établissements de santé et les centres jeunesse.

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix-Villeneuve

La Presse canadienne

Les membres de l'APTS ont amorcé, lundi matin, une séquence de deux journées de grève – les premières dans le secteur de la santé et des services sociaux dans le cadre des négociations du secteur public.

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) compte 60 000 membres qui travaillent dans les établissements de santé et les centres jeunesse.

Il s'agit de techniciennes en assistance sociale, de psychologues, de techniciennes en imagerie médicale, en radiologie et autres.

Cette première séquence de grève a lieu lundi et mardi. Une autre séquence est prévue les 21 et 22 juin, si la négociation ne progresse pas suffisamment au goût de l'APTS d'ici là.

Jusqu'ici, les grèves dans les secteurs public et parapublic n'avaient touché que le secteur de l'éducation.

Comme il s'agit d'une grève dans le milieu de la santé, les services essentiels sont maintenus. La proportion varie de 50 % à 100 % selon l'unité de soins.

Québec confiant

Joint lundi, le cabinet de la présidente du Conseil du Trésor Sonia LeBel a fait savoir que oui, les négociations se poursuivent toujours avec l'APTS.

On ne peut malheureusement pas commenter, mais nous sommes confiants d'en arriver à une entente rapidement, a ajouté le cabinet de la ministre.

Ententes à ce jour

À ce jour, le gouvernement du Québec est parvenu à s'entendre avec la FTQ, tant pour les salaires que pour les conditions de travail. Il en est de même avec les enseignants de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE).

L'entente FTQ prévoit 2 % d'augmentation en 2020-2021, puis 2 % en 2021-2022 et 2 % en 2022-2023, en plus d'une nouvelle structure salariale pour verser des augmentations de salaire plus élevées aux plus bas salariés.

Québec a aussi conclu des ententes partielles, qui portent sur les conditions de travail. C'est le cas de la Fédération des syndicats de l'enseignement, affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !