•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque à la boule d’attelage : Brayden Bushby purgera 7 ans et 11 mois de pénitencier

Brayden Bushby baisse la tête.

La juge a indiqué que la peine aurait pu être plus sévère si ce n'était des circonstances atténuantes.

Photo : La Presse canadienne / David Jackson

Radio-Canada

Brayden Bushby, reconnu coupable d’homicide involontaire en décembre 2020 pour avoir lancé une boule d’attelage en direction de Barbara Kentner en janvier 2017, à Thunder Bay, a été condamné à 8 ans de détention.

La peine est réduite d'un mois en raison de la période qu'il a passée en prison avant son procès.

Une version précédente de cet article contenait une erreur quant à la durée totale de la sentence. La mise à jour reflète maintenant la bonne durée.

Il doit aussi soumettre un échantillon d'ADN, ne pas posséder d'armes pendant 10 ans et ne pas communiquer avec les proches de Barbara Kentner.

La juge Helen Pierce, de la Cour supérieure de l’Ontario, a rendu sa décision lundi avant-midi au palais de justice de Thunder Bay, près de quatre mois après l’audience de détermination de la peine, et six mois après le procès.

M. Bushby a fait appel de sa condamnation et a demandé une libération sous caution lundi après-midi, mais la demande a été rejetée.

Mme Pierce a expliqué longuement sa décision, se basant sur les faits, les peines rendues dans des affaires semblables par le passé et l'état d'esprit du jeune homme.

Certains vont dire que la peine n’est pas assez sévère, d'autres diront qu’elle est trop sévère.

Une citation de :Helen Pierce, juge de la Cour supérieure de l'Ontario

C’est une décision importante, note la juge, qui a rappelé les faits.

En janvier 2017, la boule d'attelage lancée par Brayden Bushby depuis un véhicule en mouvement avait frappé Mme Kentner, 34 ans, membre de la Première Nation ojibwée de Wabigoon Lake.

Elle se promenait avec sa sœur dans une zone résidentielle de Thunder Bay.

Barbara Kentner est morte six mois plus tard à cause de blessures internes.

Un collage photo de Barbara Kentner et de sa famille.

La famille de Barbara Kentner souhaite que justice soit faite.

Photo : CBC / Jody Porter

Les avocats de la Couronne avaient plaidé en février pour une peine de 8 à 12 ans, tandis que les avocats de M. Bushby ont plutôt suggéré une peine de 4 ans.

La couronne affirme que cela devrait être considéré près d’un meurtre, dans le continuum où se situe l’homicide involontaire, entre l’accident et le meurtre, a indiqué Mme Pierce.

Attaque misogyne

La Couronne a également soutenu que les actions de Brayden Bushby étaient motivées par un préjugé envers les femmes et les travailleuses du sexe, mais n’a pas avancé que les actions étaient motivées par des préjugés raciaux.

Vos actions ont été irrespectueuses envers les femmes, a déclaré la juge.

Même s'il n'a pas pu être démontré qu'il visait spécifiquement une femme autochtone, la juge a dit que le geste de Brayden Bushby s'est ajouté à une longue liste d'agressions contre les Autochtones à Thunder Bay.

Les avocats de la défense ont soutenu que leur client ne pouvait pas savoir que Barbara et sa sœur Melissa était des femmes en raison des vêtements d'hiver qu'elles portaient.

La juge a rejeté cet argument et affirmé que Brayden Bushby avait exprimé sa volonté d'atteindre une femme avec la boule d'attelage et qu'il avait exprimé sa satisfaction après son geste.

La défense a aussi affirmé que le jeune homme, âgé de 18 ans en janvier 2017, a exprimé des remords et qu’il a de bonnes chances d’être réhabilité.

Pas d'antécédents

La juge Pierce a indiqué avoir pris en compte l'âge et le passé de Brayden Bushby, qui n'avait pas de casier judiciaire.

Il a passé 18 jours à la prison du district de Thunder Bay après son arrestation, et il a depuis respecté ses conditions de remise en liberté. La juge a aussi noté qu'il bénéficie d'un bon réseau de soutien familial.

Il a été intimidé dans sa jeunesse et a commencé à boire de l'alcool de façon importante.

Il était d'ailleurs en fort état d'ébriété lors des évènements de janvier 2017. Malgré cela, a souligné la juge, il était conscient de l'impact possible de son geste.

Elle a rappelé que la Couronne avait réduit la gravité des accusations en remplaçant l'accusation de meurtre au second degré par celle d'homicide involontaire.

L'état d'ébriété ne pouvait donc pas être pris en compte pour réduire la peine, surtout que M. Bushby a plaidé coupable de voies de fait graves, a précisé la juge Pierce.

Il n'a pas consommé d'alcool depuis et a présenté ses excuses lors de l'audience de détermination de la peine.

La juge Pierce a aussi rappelé l’impact de la mort de Barbara Kentner sur ses proches.

Sa fille Serena se trouve en ce moment à l’hôpital, en raison d’un cancer. Elle a perdu sa motivation depuis la mort de sa mère, a déclaré la juge.

La famille de Barbara Kentner ne souhaitait pas voir Brayden Bushby derrière les barreaux pour une durée précise. Elle veut que justice soit rendue pour sa mort et que Thunder Bay soit un lieu sûr pour les Autochtones.

Le grand chef adjoint de la Nation Nishnawbe Aski (NAN), Alvin Fiddler, a écrit sur Twitter que la famille ne pourra jamais totalement tourner la page, mais que justice a été rendue.

Le grand chef adjoint de la NAN, Derek Fox, a pour sa part déclaré dans un communiqué que Barbara Kentner nous a quittés trop tôt et qu'aucune condamnation ne pourra soulager la souffrance de sa famille et de ses amis.

Il est encourageant de constater que la juge Pierce a reconnu les témoignages percutants des victimes lorsqu'elle a prononcé cette sentence et qu'elle a reconnu la nécessité d'envoyer un message fort de dissuasion, ajoute M. Fox.

Appel à la sécurité des femmes et des filles autochtones

La condamnation de lundi survient quelques jours seulement après la publication par le gouvernement fédéral de son plan d'action national visant à mettre fin à la violence contre les femmes et les filles autochtones.

Riley Yesno, chercheuse au Yellowhead Institute, est convaincue que Brayden Bushby savait que Barbara Kentner était autochtone, surtout dans le quartier de Thunder Bay où s’est déroulée l’attaque.

Mme Yesno avait milité pour le rétablissement de l’accusation de meurtre au second degré contre Brayden Bushby, sans succès

Je savais qu’aujourd’hui, peu importe la peine, ça ne serait pas la justice que Barbara méritait, a-t-elle déclaré après le prononcé de la sentence.

Ce que je pensais, comme plusieurs membres de la communauté, était que les accusations n’étaient pas suffisantes, donc la peine ne serait pas suffisante non plus.

Une citation de :Riley Yesno, chercheuse au Yellowhead Institute

J’espère qu’aujourd’hui puisse au moins être le début de la guérison pour la famille, a-t-elle ajouté.

Coralee McGuire-Cyrette, directrice générale de l'Association des femmes autochtones de l'Ontario, a déclaré pour sa part que la mort de Barbara Kentner montre la nécessité de prendre des mesures concrètes pour accroître leur sécurité.

Qu'avons-nous fait pour accroître la sécurité des femmes et des filles autochtones, même au niveau local? Y a-t-il une sécurité supplémentaire pour une femme qui se promène dans cette zone? Rien, à ce que je vois.

Une citation de :Coralee McGuire-Cyrette, directrice générale de l'Association des femmes autochtones de l'Ontario

Selon Mme McGuire-Cyrette, la violence contre les femmes autochtones est devenue normalisée au Canada, et cela doit changer.

Une photo de Coralee McGuire-Cyrette.

Coralee McGuire-Cyrette, directrice générale de l'Association des femmes autochtones de l'Ontario

Photo : offerte par Chondon Photography

Aucune punition ne ramènera jamais Barbara Kentner ni aucune des autres personnes que nous avons perdues, a-t-elle dit.

Dans le système judiciaire, demander des comptes aux gens est la première étape pour commencer à dire que la violence contre les femmes autochtones n'est pas acceptable, conclut-elle.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !