•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accident à l'hippodrome de Trois-Rivières : des blessés et un cheval euthanasié

Chariots de conducteurs de chevaux.

L'hippodrome de Trois-Rivières accueille des courses de chevaux.

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Radio-Canada

Un premier accident grave en 20 ans est survenu dimanche à l’hippodrome de Trois-Rivières. Un cheval est tombé sur la piste de course entraînant cinq autres chevaux dans sa chute ainsi que des conducteurs de chariots. Un cheval a dû être euthanasié. De plus, une conductrice aurait subi une commotion cérébrale, selon la directrice générale de l’hippodrome de Trois-Rivières, Murielle Thomassin.

Un autre conducteur aurait été blessé aux chevilles ainsi qu’aux tibias et un troisième aurait subi une blessure mineure à un pied, a déclaré Mme Thomassin en entrevue à l’émission Toujours le matin

On craint que le cheval ait eu un ombrage causé par le soleil et les poteaux de lumière, explique-t-elle. Elle affirme qu’un ombrage cause un trou noir dans la vision du cheval qui a alors l’instinct de vouloir sauter par-dessus ou de vouloir l’éviter. Dans ce cas-ci, quand il a essayé de sauter, il s’est enfargé et est tombé, raconte-t-elle.

En visionnant la vidéo à plusieurs reprises, les juges en sont venus à la conclusion qu’il n’y a pas eu de bris d’équipement ou d’erreur humaine. Il n’y a aura donc pas d’enquête, a souligné la DG de l’hippodrome.

C’est pas irrégulier que les chevaux essaient de sauter un ombrage, donc souvent, on va mettre un mouton, qu’on appelle, sur le nez pour empêcher les chevaux de voir en bas sur la piste, mais là il n’en avait pas, a expliqué Murielle Thomassin. Elle souligne qu’il ne s’agit pas d’un équipement obligatoire et elle ne croit pas qu’il devrait l’être.

Dimanche, cela faisait exactement 20 ans et un jour qu’il n’y avait pas eu un accident grave à l’hippodrome de Trois-Rivières, selon la directrice générale.

Puisque ça n’arrive pas souvent, j’ai été agréablement surprise de voir la rapidité à laquelle l’équipe de secours est arrivée, dit-elle en ajoutant qu’elle croit tout de même que le protocole d’intervention en cas d’accident doit être révisé pour s’assurer qu’il est le plus efficace possible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !