•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurentia : Zanetti accuse le Port « d'avoir manipulé » des consultations publiques

Le projet d'extension du terminal de conteneurs à Beauport.

Le projet d'extension du terminal de conteneurs, dans la baie de Beauport (archives).

Photo : Administration portuaire de Québec

Le député solidaire Sol Zanetti a des raisons de croire que de fausses identités ont été utilisées pour fournir des avis favorables au projet de terminal de conteneurs Laurentia, dans le cadre de consultations publiques tenues à la fin de l'année 2020.

Le représentant de la circonscription de Jean-Lesage, vivement opposé au projet d'expansion du Port de Québec dans la baie de Beauport, a fait parvenir une lettre à l'Agence d'évaluation d'impact du Canada (AEIC), lundi, pour partager ses inquiétudes. L'organisation évalue le dossier de l'administration portuaire depuis 2015.

Dans sa missive, dont Radio-Canada a obtenu copie, M. Zanetti questionne la validité de certains commentaires transmis dans le cadre des consultations publiques tenues du 16 novembre au 16 décembre 2020.

Des commentaires ensuite repris par le Port de Québec dans un document produit en mars 2021, alors qu'il tentait de renverser la vapeur auprès de l'Agence.

Selon ce document, quelque 461 commentaires ont été récoltés par l'AEIC lors de ces consultations. Du nombre, 273 étaient défavorables au projet de terminal de conteneurs alors que 177 étaient en faveur.

Or de ces 177, seuls 27 seraient authentiques, selon le bureau du député de Jean-Lesage, qui a pris le temps de valider un document issu d'une initiative citoyenne.

Le député Sol Zanetti.

Le député de Québec solidaire (QS) Sol Zanetti (archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Entreprises partenaires

Dans sa lettre transmise à l'AEIC, Sol Zanetti partage deux conclusions après avoir criblé l'ensemble des commentaires avec son équipe. D'une part, on en retrouve 37 qui ont été transmis directement par le personnel du Port de Québec, du CN, de Groupe Océan et de Gestev, explique le député.

Il déplore une apparente mobilisation du personnel du port et d'entreprises qui ont des intérêts corporatifs à ce que Laurentia se réalise. Il y voit une entorse à l'esprit même de la consultation. Il s’agissait pourtant d’un exercice, selon les termes mêmes de l’AEIC, de "participation du public".

Il semblerait que le Port de Québec et ses partenaires aient tenté de manipuler la consultation publique dans le but de minimiser en apparence l’ampleur de l’opposition à leur projet et de faire valoir une acceptabilité sociale factice.

Une citation de :Extrait de la lettre du député Sol Zanetti à l'Agence d'évaluation d'impact du Canada

M. Zanetti, toujours dans sa lettre, affirme que des employés se sont identifiés de manière transparente, mais aussi que beaucoup [de commentaires] ont été faits par des employé-es se présentant comme des citoyen-nes, sans mentionner qu’ils travaillaient pour des entreprises promotrices de Laurentia.

Processus étanche?

Le parti d'opposition conclut également, toujours selon sa propre analyse, qu'il y a de sérieuses raisons de penser qu'une série de 94 autres commentaires favorables à Laurentia ont été soumis en série par une seule et même personne. Il n'accuse toutefois pas directement le Port d'être derrière le stratagème.

Pour appuyer ses dires, Sol Zanetti souligne qu'ils ont été émis à un rythme régulier et soutenu vers la fin de la période de consultation, en quelques heures. De plus, il indique que plusieurs [commentaires] se recroisent souvent, que certains noms sont en double et que le genre utilisé dans la rédaction du message ne coïncide pas toujours.

À cet égard, le député déplore qu'un simple compte provenant des réseaux sociaux était nécessaire pour faire un commentaire sur la plateforme de l'AEIC, laquelle aurait depuis modifié ses pratiques. Sol Zanetti veut d'ailleurs savoir si ce changement a été effectué à la suite de la découverte de commentaires inauthentiques dans le cas précis des consultations sur le projet Laurentia.

En retirant les commentaires jugés suspects, les solidaires concluent qu'il n'y aurait finalement que 6 % d'avis positifs au terme de cette consultation, soit 27 avis jugés authentiques, plutôt que les 39 % soumis par le Port de Québec à l'AEIC.

Mario Girard, Président-directeur général du Port de Québec.

La direction du Port de Québec ne cache pas qu'elle a mobilisé certains partenaires de Laurentia en rappelant les coordonnées de l'AEIC lors des consultations publiques de novembre et décembre 2020.

Photo : Radio-Canada

Deux côtés à une médaille

Le Port de Québec réplique qu'il n'a aucune indication sur de potentiels noms fictifs utilisés pour favoriser Laurentia aux yeux de l'AEIC. Toutefois, Frédéric Lagacé, directeur adjoint aux affaires publiques de l'administration portuaire, confirme qu'une mobilisation a eu lieu lors des consultations publiques afin de mousser la participation des alliés de Laurentia.

Nous avons partagé à des décideurs ou à des organisations les coordonnées électroniques de l’Agence afin que ceux qui souhaitaient s’exprimer puissent le faire. Donc un simple rappel d’information de notre part à ceux qui nous avaient abordés avec intérêt quant à Laurentia a été fait, explique M. Lagacé par courriel.

En consultations publiques, le jeu de l’opinion libre est nécessairement valable et doit être pris en compte des deux côtés de la lentille, ajoute-t-il.

L'AEIC n'avait pas donné suite à nos demandes d'information au moment d'écrire ces lignes.

Rappelons qu'une décision du fédéral au sujet du projet Laurentia est attendue ce jeudi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !