•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux hommes sont accusés du meurtre prémédité de Jamie Leard

L'écusson de la GRC sur l'uniforme d'un agent.

Henry Alexander Joseph Pottie et Sean Patrick Patterson sont accusés du meurtre prémédité de Jamie Leard (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Deux hommes soupçonnés d'être responsables de la mort de Jamie Leard, dont le corps sans vie a été trouvé à Coburg, près de la frontière de la Nouvelle-Écosse, ont été emmenés devant un tribunal dimanche à Shediac, au Nouveau-Brunswick.

Henry Alexander Joseph Pottie, 37 ans, et Sean Patrick Patterson, 28 ans, qui n'ont pas de domicile fixe, ont comparu par téléconférence en cour provinciale où ils ont été accusés de meurtre prémédité.

Ils demeureront en détention jusqu'à leur prochaine comparution en cour provinciale à Moncton, mercredi après-midi prochain.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) signale que Jamie Leard, 38 ans, d'Upper Cape, a été vu pour la dernière fois le 26 mai dernier dans une résidence du chemin Upper Cape. Sa disparition a été signalée le 28 mai.

Plus tard dans la journée, son automobile Mazda 3 a été découverte abandonnée à Springhill, en Nouvelle-Écosse. Jeudi dernier, la police a trouvé des restes humains derrière une maison mobile abandonnée sur un chemin de terre à Coburg au Nouveau-Brunswick.

Le caporal Hans Ouellette, de la GRC, signale que même si la police n'a pas encore reçu les résultats de l'autopsie et la confirmation de l'identité de la victime, elle a amassé suffisamment d'informations pour établir que Jamie Leard a péri par homicide.

Henry Alexander Joseph Pottie et Sean Patrick Patterson, de même qu'une femme, ont été arrêtés samedi dernier; la femme a été libérée un peu plus tard.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.