•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début de la vaccination des adolescents dans les écoles du Québec

Les jeunes adolescents ont reçu une dose du vaccin Pfizer ce matin.

Début de la campagne de vaccination à l’école secondaire Saint-Henri à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Après les adultes, voilà que les jeunes Québécois âgés de 12 à 17 ans peuvent désormais se faire vacciner contre la COVID-19 en milieu scolaire, après l'ouverture des plages de rendez-vous en clinique il y a deux semaines.

Au total, 530 000 jeunes ont déjà pu prendre rendez-vous via le service Clic Santé ou pourront profiter de services de vaccination mobiles dans différentes écoles du Québec, ou encore être acheminés par transport scolaire vers des centres de vaccination.

Ce volet du programme de vaccination prend des allures de campagne éclair, les premières doses étant octroyées sur une période de deux semaines, soit du lundi 7 juin au vendredi 18 juin.

Quelque 250 écoles offriront ainsi des doses de vaccin Pfizer, dont l'utilisation a été approuvée pour les adolescents.

Québec estime que l'octroi de la première dose à cette tranche de la population devrait être largement effectué d'ici le 23 juin, soit à temps pour la fin des classes et le début des vacances estivales.

Un jeune sur un site de vaccination.

C'est jour de vaccination en milieu scolaire pour les adolescents de 12 à 17 ans du Québec.

Photo : Radio-Canada / François Sauvé

Une expérience

En plus d'offrir des doses dans les écoles, les autorités sanitaires québécoises ont cherché à rendre l'expérience vaccinale plus « excitante » pour les adolescents. Ainsi, au site d'ExpoCité, à Québec, c'est sur un tapis rouge que les jeunes faisaient leur entrée.

On a aussi prévu de la musique et même des friandises glacées, en cette journée caniculaire.

L'idée semble d'ailleurs plaire à plusieurs, dont certains qui jugent « cool » le fait de non seulement se faire vacciner, mais aussi de revenir voir leurs amis, bâtonnet glacé Mr. Freeze en main.

Pour d'autres, c'est surtout la perspective de reprendre les matchs sportifs qui les motive à recevoir le vaccin contre la COVID-19.

Et peu importe la justification, se faire vacciner est particulièrement populaire : dans la région de la Capitale-Nationale, ce sont les 12 à 17 ans qui ont été les plus rapides à prendre rendez-vous.

Selon Patricia McKinnon, directrice de la vaccination pour le CIUSSS de la Capitale-Nationale, le groupe d'âge des parents qui accompagnent les adolescents sont vaccinés ou ont pris rendez-vous pour ce faire dans une proportion de 80 %, alors probablement que les parents ont eu une incidence sur leurs enfants.

Et pour les adolescents de 16 et 17 ans (et leurs aînés) de la région de Québec, il existe encore une autre option : le Vaccin-O-Bus, un autobus du Réseau de transport de la capitale reconverti en clinique mobile.

Le véhicule peut accueillir jusqu'à 130 personnes par jour, et est accessible pour les personnes âgées de 16 à 30 ans.

On parle encore de jeunes qui ont entre 16 et 30 ans qui sont peut-être un peu moins enclins à prendre des rendez-vous. Donc, on va aller dans leur milieu scolaire pour pouvoir leur offrir la vaccination, a ainsi mentionné Mme McKinnon.

Durant les fins de semaine, la clinique mobile s’attardera dans des lieux publics où les jeunes ont tendance à se rassembler, comme le parc Victoria et les plaines d’Abraham.

Équipes mobiles dans les écoles

À Montréal, ce sont entre autres des équipes de vaccination mobiles qui offrent des doses de vaccins aux jeunes.

C'est notamment le cas à l'école Saint-Henri, comme le mentionne le directeur Michel Roy. Dans le gymnase de l'établissement, des dizaines de chaises espacées ont été installées pour accueillir les 1200 élèves, tour à tour, une fois la vaccination effectuée.

Un document explicatif a été envoyé par courriel aux parents, à propos de la procédure et du consentement éclairé [...]. On a aussi fait une séance d'information virtuelle avec une infirmière pour que les parents puissent poser des questions, mentionne M. Roy.

Ce dernier prévoit que 900 des 1200 élèves de l'établissement pourront se faire vacciner en trois jours. Sans compter ceux qui seront vaccinés ailleurs, ajoute le directeur, qui précise que les plus jeunes seront vaccinés en dernier, puisque pour les 12 et 13 ans, ce sont les parents qui doivent donner leur consentement.

Selon le CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, en date de lundi après-midi, 276 doses ont été administrées à l’École Saint-Henri et 234 à l’École Monseigneur-Richard, tandis qu’à l’École FACE, une quarantaine de doses ont été injectées.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc et Karine Bastien

Évolution de la COVID-19

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !