•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les infirmières manitobaines se prononcent sur une éventuelle grève

Le syndicat qui les représente regrette que les négociations avec la province soient au point mort.

Une travailleuse de la santé porte une visière de protection médicale, des lunettes, et un masque. Elle regarde un gant.

En cas de grève, le syndicat assure qu'il n'y aura pas moins de personnel pour les patients atteints de la COVID-19.

Photo : Getty Images / Patrick T. Fallon

Radio-Canada

Depuis dimanche et jusqu’à jeudi, les infirmières du Manitoba votent afin de décider si elles envisagent ou non de faire grève, alors qu’elles n'ont plus de contrat de travail depuis plus de quatre ans. 

La présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Manitoba Darlene Jackson assure que les professionnels de la santé ne voulaient pas en arriver là.

Le gouvernement [provincial] nous a tout simplement mis au pied du mur, assure-t-elle. Nous n'avons pas d’autres options, nous devons faire cela maintenant.

Si le vote en faveur d’une grève l’emporte, cela ne veut pas dire que la grève aura forcément lieu. Et même en cas de grève, les infirmiers et infirmières devront continuer de prodiguer des soins, puisqu'ils sont des travailleurs essentiels.

Des perturbations limitées

Darlene Jackson explique qu’ils pourraient refuser d'effectuer certaines tâches, comme de répondre au téléphone ou de retranscrire les notes des médecins.

Elle assure que les actions seront très, très limitées et qu’il y aura peu de perturbations pour les patients.

Elle ajoute que la grève sera tournante et affectera des unités et des régions différentes chaque jour.

Darlene Jackson devant le Health Science Center de Winnipeg.

Darlene Jackson aimerait que le gouvernement accepte d'avoir recours à un arbitrage pour faire avancer les choses (archives).

Photo : Radio-Canada

Darlene Jackson rappelle que le salaire des infirmières du Manitoba n’a pas été augmenté depuis cinq ans. Mais selon elle, la rémunération n’est pas forcément le point de désaccord.

Elle insiste plutôt sur le besoin de recruter du personnel et de réussir à le retenir.

C’est incroyablement difficile, quand il y a un manque d'infirmières dans tout le pays et que chaque province rivalise pour en attirer plus. C’est très inquiétant que ce gouvernement [du Manitoba] ne soit pas plus concerné par la rétention et le recrutement d’infirmiers, explique-t-elle.

Faire face à la pénurie aidera à pallier certains problèmes, tels que les charges de travail et les heures supplémentaires obligatoires, défend-elle. 

La position du gouvernement

Le ministre de la Santé par intérim Kelvin Goertzen rappelle qu’en raison d’accords sur les services essentiels entre les employeurs et le syndicat, les conséquences d'une grève des infirmiers seraient minimes.

Personne ne souhaite une grève, quelle qu'elle soit, encore moins durant une pandémie, fait-il savoir dans un courriel.

Le ministre appelle à la poursuite des négociations. Nous souhaitions tous que toutes nos infirmières bénéficient de la garantie et du confort d’une nouvelle entente équitable et durable. C’est ce qu’elles méritent et ce que nous voulons, écrit-il.

D'après lui, cela inclut notamment un accord concernant l’augmentation des compensations et des paiements rétroactifs. Il assure que favoriser le recrutement et la rétention fait partie des objectifs du gouvernement. 

Recours à l’arbitrage

Darlene Jackson rappelle que le syndicat n’a pas quitté la table des négociations, mais elle déplore que ces dernières n’avancent pas.

Selon le droit du travail actuel, un arbitrage est obligatoire après 60 jours de grève. Or, cette obligation pourrait disparaître à l’automne.

C’est pour cela que le syndicat a décidé d’organiser ce vote maintenant, dit Darlene Jackson. Selon elle, le syndicat a proposé à plusieurs reprises d’avoir recours à un arbitrage, mais le gouvernement a toujours refusé.

Elle espère que si les infirmières votent en faveur d’une possible grève, le gouvernement changera d’avis.

Environ 12 000 infirmiers et infirmières peuvent participer au vote. 

D'après les informations d'Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !