•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rachel Notley promet un réseau électrique carboneutre d’ici 2035

Pylônes de transport de l'électricité

Le NPD promet de rendre carboneutre le réseau d'électricité albertain.

Photo : Radio-Canada

Si le Nouveau Parti démocratique (NPD) est élu aux prochaines élections albertaines, le réseau électrique de la province deviendra carboneutre d’ici 2035. C’est la promesse qu’a faite la chef néo-démocrate, Rachel Notley, lors de son discours aux délégués, en clôture de la convention virtuelle de son parti, dimanche.

Mme Notley estime qu’une telle transformation du réseau électrique créerait 60 000 emplois bien payés, attirerait des millions de dollars en investissements en Alberta et stabiliserait les prix de l’électricité.

Ces 60 000 emplois, c'est un estimé conservateur, basé sur les analyses de centres de politiques publiques américains, affirme Rachel Notley.

Pour y arriver, elle utiliserait plusieurs stratégies : énergies renouvelables, hydrogène, géothermie et l'arrêt des centrales au charbon, subventions et crédits carbone.

Elle promet toutefois que le NPD demeurera un ardent défenseur du secteur pétrolier albertain.

La chef néo-démocrate affirme également qu'elle consulterait des experts pour déterminer si l'Alberta devrait sécuriser son approvisionnement en électricité. Lorsque le NPD était au pouvoir, il a entrepris une réforme controversée du marché de l’électricité qui avait été annulée par le gouvernement de Jason Kenney, une fois élu.

Elle a aussi l'intention de remettre un plafond sur les prix de l'électricité si elle forme un gouvernement en 2023. Rachel Notley voudrait aussi aller de l'avant avec un système de garderies subventionné, avec ou sans l'aide du gouvernement fédéral, qui a promis des fonds importants en ce sens récemment.

Un soutien solide, des défis de taille

Rachel Notley a également remporté haut la main le vote de confiance envers elle avec 98,2 % de l’appui des 618 délégués votants. Lors du dernier vote de confiance auquel elle avait fait face, au congrès de 2016, elle avait obtenu 97,8 % des voix.

La chef a reconnu que son parti avait du pain sur la planche s’il espérait retrouver le pouvoir dans deux ans. Les gens me demandent souvent si j’ai des regrets et la réponse est oui , a-t-elle avoué dans son discours.

Parmi eux, j’aurais souhaité qu’on ait fait plus de progrès sur les garderies, sur la diversification énergétique et mieux connecté avec les Albertains en milieu rural lorsqu’on a voulu leur parler de la sécurité sur les fermes et du prix de notre plan climatique, a-t-elle énuméré devant les applaudissements virtuels des participants.

Mais je ne vis pas dans la remise en cause du passé. À mes yeux, les leçons d’hier mènent aux succès de demain. En 2019, les Albertains nous ont demandé de faire mieux. Tout comme eux, nous n’avons pas peur de travailler fort , a-t-elle conclu pour fouetter ses troupes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !