•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fairy Creek : 172 personnes arrêtées alors que les manifestations se poursuivent

Des dizaines de personnes couchées dans la rue.

Des manifestants dénoncent l'exploitation des forêts anciennes en Colombie-Britannique devant le Musée des beaux-arts de Vancouver.

Photo : Gracieuseté de la page Facebook du groupe local de Greenpeace Vancouver

Radio-Canada

Des dizaines de manifestants se sont rassemblés sur les marches du Musée des beaux-arts de Vancouver, samedi après-midi, pour manifester leur soutien aux militants arrêtés dans le sud de l'île de Vancouver. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a arrêté 172 personnes en lien avec le conflit autour du bassin versant de Fairy Creek jusqu’à présent.

Nous pensons qu'il est vraiment important que John Horgan respecte son engagement à protéger les forêts en Colombie-Britannique et nous ne le voyons pas actuellement, dit la manifestante Inez Hillel.

Mme Hillel a qualifié les 172 arrestations effectuées jusqu'à présent par la GRC dans le conflit de vraiment dégoûtantes.

Nous avons toujours vu ça se produire au Canada, où la GRC intervient pour protéger les profits au lieu des gens, soutient Mme Hillel. Nous l'avons vu avec les pipelines, nous l'avons vu avec les Wet'suwet'en et maintenant nous le voyons avec Fairy Creek.

Sarah Roset, coordinatrice de Greenpeace à Vancouver, ne veut pas que le gouvernement utilise nos impôts pour enlever ces arbres aux générations futures [et] aux populations autochtones qui comptent sur eux pour maintenir la vie.

Plus tôt cette semaine, le gouvernement provincial a annoncé son intention de mettre à jour sa politique forestière afin de redistribuer les tenures forestières aux nations autochtones et aux petits exploitants.

La ministre des Forêts, Katrine Conroy, a également fait allusion aux tensions en cours dans les forêts entre Cowichan Lake et Port Renfrew. Les gens de toute la Colombie-Britannique sont passionnés par la façon dont nous gérons cette incroyable ressource.

Le premier ministre John Horgan a été interrogé cette semaine sur les raisons pour lesquelles la province n'avait pas immédiatement mis en place des reports d'abattage dans la région.

Il a répondu en disant que les détenteurs des titres et les Premières Nations devaient d'abord être consultés.

Si nous devions arbitrairement mettre en place des reports là-bas, ce serait un retour au colonialisme qui nous a brutalement été rappelé cette semaine par la découverte à Kamloops, a-t-il déclaré.

Avec les informations de Chad Pawson et Adam van der ZwanI

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !