•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retrouvailles émouvantes d’une mère et ses cinq filles séparées par la pandémie

Six femmes portant le masque à l'extérieur.

Gisèle Strasbourg en compagnie de ses cinq filles.

Photo : Radio-Canada / Nafi Alibert

Radio-Canada

Des résidents de milieux de vie pour aînés, comme les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), retrouvent enfin le chemin de la liberté. Les assouplissements sanitaires permettent à certains d’entre eux de se réunir avec leur famille, à l’extérieur.

Gisèle Strasbourg réside au CHSLD de la Vallée-de-la-Lièvre. Pandémie oblige, les visites y étaient limitées, la privant de moments avec sa grande famille.

C’est dur de passer cette affaire-là […] ne pas voir mes filles, souffle-t-elle.

Les visites à l'extérieur à raison d’un maximum de cinq personnes par jour sont autorisées en zone orange dans les milieux de vie pour aînés.

Mme Strasbourg a donc pu se réunir dans le jardin de sa résidence avec ses cinq filles : Carole, Hélène, Suzanne, Christine et Nathalie Dupuis.

Il n’y a pas de mots pour le dire [que] je suis contente, s’exclame-t-elle. Moralement, ça a été dur, surtout quand tu es proche d’eux autres et que là, il faut que tu t’éloignes, faut pas qu’ils te caressent. Ça, c’est quelque chose.

Pour ses filles, le jour où elle a contracté la COVID-19 demeure un douloureux souvenir.

Quand tu entends le mot COVID, et que ta mère attrape ça, tu te sens impuissante, se rappelle Hélène.

Ça a été un choc quand on l’a appris. Moi, j’ai beaucoup pleuré, ajoute sa sœur Christine. C’est un miracle […] qu’elle ait passé au travers !

C’est au travers des yeux de leur sœur Nathalie, qui travaille au CHSLD, qu’elles ont pu suivre l’évolution de l’état de santé de leur mère.

Tous les jours, j’étais dans la zone rouge, ça fait que je donnais des nouvelles à mes sœurs, explique-t-elle.

Retrouvailles avec la joie

Le retour des visites des familles apporte aussi une douceur au personnel de l'établissement. Ces assouplissements laissent présager que le pire est passé.

De voir qu’on s’en va vers le meilleur, de ramener l’équilibre avec le milieu de vie, ça fait du bien, ça ramène la joie, s’exclame la responsable du CHSLD de la Vallée-de-la-Lièvre, Valérie Beaudoin.

Valérie Beaudoin en entrevue portant le masque.

Valérie Beaudoin, responsable du CHSLD de la Vallée-de-la-Lièvre

Photo : Radio-Canada

Bien que les familles pouvaient voir leur proche à travers une fenêtre ou des écrans, la proximité des rassemblements extérieurs est inégalable.

On peut avoir une petite réunion familiale [à l’extérieur] qu’on ne pouvait pas avoir avant, souligne Mme Beaudoin. On a mis un petit horaire pour être sûr que […] tout le monde trouve son lot pour faire des rencontres.

D’autres retrouvailles attendues

Si Mme Strasbourg a pu retrouver ses filles, les sorties au restaurant et dans les centres commerciaux lui manquaient aussi.

On commence à s’en sauver ! lance Mme Strasbourg sous un vent d’optimisme.

Mais les prochaines retrouvailles qu’elle souhaite le plus sont celles avec ses petits-enfants.

Avec les informations de Nafi Alibert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !