•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Une personne se rafraîchit.

Le mercure va grimper au-delà de la barre des 30 degrés dans plusieurs régions du Québec au cours des prochains jours.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Une canicule s'installe sur une bonne partie du Québec à partir d'aujourd'hui pour au moins trois jours avec un mercure qui grimpera au-delà de la barre des 30 degrés Celsius.

Cette vague de chaleur accablante hâtive affectera principalement les régions du sud, de l'ouest et du centre de la province, alors que nous sommes encore au printemps.

Par exemple, Environnement Canada prévoit au cours des prochains jours du soleil dans le Grand Montréal avec une température maximale de 33 degrés (humidex de 38) pour dimanche, un maximum de 34 pour lundi et 30 degrés pour mardi. Des averses sont au menu mercredi, avec un maximum de 27 degrés.

Pour la région de Gatineau, on parle de quatre journées consécutives avec de fortes températures : 32 degrés dimanche (humidex de 39), 33 degrés lundi, 33 degrés mardi et 29 degrés mercredi.

Pour la région de la Capitale-Nationale, Environnement Canada prévoit également du temps particulièrement chaud : 27 degrés (humidex de 32) dimanche, un maximum de 31 degrés lundi et 30 degrés mardi.

Combattre la chaleur

À la veille de la première canicule de la saison, il est de mise de se rappeler certaines mesures essentielles pour passer à travers ces journées accablantes.

Selon la Dre Christiane Laberge, il convient d'abord de reconnaître la réalité. La première chose à faire, c'est d'accepter qu'il fasse chaud plutôt que de répéter 100 fois qu'il fait chaud, a-t-elle dit en entrevue à RDI.

On accepte de transpirer, on accepte que tout le monde nous voie transpirer, parce que c'est notre mode naturel d'évacuation de la chaleur, ajoute-t-elle.

De plus, il est important de bien s'hydrater en buvant beaucoup d'eau. Notre indicateur pour dire qu'on est assez hydraté ou qu'on ne l'est pas assez, ce n'est pas la soif. Quand on a soif, on est déjà déshydraté. [...] Si l'urine de jour est légèrement colorée, on est dans les objectifs, estime la Dre Laberge.

La spécialiste suggère aussi de manger des fruits et des légumes frais pour rester bien hydraté.

Repérer les points d'eau

Il est également recommandé de fuir les îlots de chaleur et de rechercher l'ombre, dans les parcs et les boisés, par exemple. On peut aussi combattre la canicule en allant se baigner dans les piscines, les lacs, les barboteuses, ou en s'amusant dans les jeux d'eau ou avec l'arrosoir.

Des enfants jouent dans des fontaines.

Les fontaines sont un bon moyen de réduire sa température corporelle.

Photo : afp via getty images / ERIC THOMAS

Dans la métropole, de nombreuses piscines ouvrent leurs portes ce week-end. Il faudra toutefois réserver sa place, puisque les capacités d'accueil sont évidemment réduites en raison de la COVID-19. Règles sanitaires obligent, les vestiaires seront fermés, mais les toilettes seront ouvertes.

On privilégiera aussi la visite d'endroits frais. Ceux qui n'ont pas accès à la climatisation peuvent prendre une douche ou un bain d'eau froide pour se rafraîchir.

Sinon, il est possible de s'éponger la tête et le haut du corps avec une serviette mouillée ou de se placer près d'un ventilateur pour libérer la chaleur.

Limiter ses efforts

Il faut par ailleurs porter des vêtements légers, éviter les gros efforts physiques et limiter ses activités. Stéphane Smith, porte-parole d'Urgence-santé, met la population en garde contre les coups de chaleur.

Avec ces températures, c'est souvent ce qui arrive. Les gens continuent de pratiquer des sports à l'extérieur, des sports quand même extrêmes, comme le jogging. Avec une canicule, c'est beaucoup plus difficile, a-t-il indiqué à RDI matin.

Autre conseil : réduire sa consommation d'alcool. On commence le déconfinement. Les gens commencent à se revoir un peu. Il va falloir faire attention à cela, parce que l'alcool vient causer des problèmes avec la chaleur, dit Stéphane Smith.

Pour savoir si on est victime d'un coup de chaleur, on vérifiera si on a les symptômes suivants : nausées, étourdissements, sensation de faiblesse ou vision trouble.

Une attention particulière doit être portée à certaines clientèles : les bébés, les aînés, les personnes souffrant de troubles psychiatriques et celles qui prennent des médicaments.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !