•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens d'Hochelaga-Maisonneuve inquiets de l'impact du REM de l'Est

Une affiche sur laquelle on peut lire : Je veux un REM dans le port, pas dans mon salon.

Les résidents sont inquiets de la pollution sonore et visuelle d'un REM aérien.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À Montréal, une centaine d'opposants au projet du REM de l'Est ont manifesté samedi dans l'arrondissement Hochelaga-Maisonneuve.

Les protestataires sont préoccupés par les conséquences du projet sur leur milieu de vie en ce qui a trait à la pollution sonore et visuelle, sans compter les impacts sur l'environnement. D'autres s'inquiètent des coûts de construction du projet.

Moi, c'est plutôt le bruit. Et la pollution visuelle qu'il va y avoir avec ces pylônes et tout. Je suis convaincu que, même si on fait un beau design, ça va être très envahissant pour notre quartier. Mais le bruit, c'est la chose qui me fait vraiment peur, explique Maxime Geraldes.

La centaine de manifestants n'est pas contre l'ensemble du projet du REM de l'Est. C'est surtout son aspect aérien qui déplaît, comme l'explique une des organisatrices de l'événement, Patricia Clermont.

On pense qu'il y a probablement, sûrement, des solutions mixtes. [...] Alors, ce n'est pas du "pas dans ma cour", c'est du "mieux dans ma cour". Mieux dans nos quartiers, dit-elle.

De nombreux politiciens et futurs candidats municipaux aux élections de novembre étaient présents à la marche.

Tracé du prolongement du Réseau express métropolitain vers l'est de Montréal.

Le REM circulerait en hauteur sur une bonne partie de son trajet.

Photo : Caisse de dépôt et placement du Québec

La décision d’opter pour une structure en hauteur inquiète résidents et commerçants tout au long de la ligne, depuis le centre-ville jusqu’à Pointe-aux-Trembles.

Au début de mai, Québec a présenté un comité indépendant de 15 experts, représenté par l’ex-présidente de l’Ordre des ingénieurs du Québec Maud Cohen et chargé d’assurer une intégration réussie du REM de l’Est au paysage urbain.

L'organisation de défense du patrimoine bâti montréalais, Héritage Montréal, a refusé d’en faire partie.

Le promoteur CDPQ-Infra (une filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec) a ensuiterendu publique une étude du groupe Systra montrant pourquoi le REM doit être construit en hauteur.

Jusqu'à la fin de juin, des séances virtuelles d'information et de consultation seront l'occasion pour les Montréalais de donner leur opinion sur le projet et de faire leurs suggestions, qu’il s’agisse des aménagements ou du système de train retenu.

Le Réseau express métropolitain de l'Est aura une longueur de 32 kilomètres sur deux branches et comprendra 23 stations. Son coût est actuellement évalué à 10 milliards de dollars. Son inauguration est prévue pour 2029.

Avec les informations de Xavier Savard-Fournier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !