•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des candidats diversifiés recherchés pour le nouveau service de police de Surrey

Une voiture de police de Surrey devant un édifice en verre.

Le chef du Service de police de Surrey (SPS) dit chercher activement à recruter des personnes de divers horizons et des femmes (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le recrutement est en cours pour le nouveau service de police municipale à Surrey, en Colombie-Britannique, qui remplacera bientôt le détachement local de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Suivant des critiques selon lesquelles la nouvelle force ne reflète pas assez la diversité de la ville, le chef de police, Norm Lipinski, dit qu'il y travaille.

Il espère que le Service de police de Surrey (SPS) sera opérationnel d'ici l'automne 2021. Bien que les postes d'officiers supérieurs aient déjà été pourvus, l'embauche est en cours pour les gestionnaires de niveau intermédiaire. Le recrutement d'agents et de sergents commencera bientôt.

Selon M. Lipinski, les recruteurs recherchent des personnes qualifiées de divers horizons, pour occuper ces postes, dont des femmes qui sont sous-représentées dans la police.

Plus de la moitié de la population de Surrey, soit 58 %, s'identifie comme une minorité visible. Environ 32 % de ses résidents sont d'origine sud-asiatique.

La diversité est tellement importante, dit M. Lipinski. Actuellement, dans les niveaux supérieurs, nous avons deux [officiers] sud asiatiques et nous travaillons pour en recruter davantage.

Un rapport du 12 avril de M. Lipinski a montré que sur les 18 cadres et cadres supérieurs embauchés, trois sont autochtones, deux sont d'origine sud-asiatique, un est japonais et un autre irano-belge.

Upkar Singh Tatlay, président de la Société de prévention du crime de Surrey, dit que c'est un début, mais que la force devait faire mieux : Nous devons vraiment approfondir et entrer dans les détails granulaires de ce que reflètent ces postes. Ce que j'espère, c'est que ce ne sont pas seulement des embauches superficielles, qu'elles se reflètent dans le leadership.

M. Lipinsky précise que certains postes de direction n'ont pas été pourvus afin de laisser la place à des embauches diversifiées.

Nous recruterons en amont autant que possible et donc, dans les années à venir, une fois que ces personnes seront promues aux échelons supérieurs, nous aurons un vivier dans lequel puiser, explique-t-il. Je pense que ça semble prometteur pour l'avenir.

M. Lipinski dit que le service de police a déjà embauché plus de femmes que la moyenne nationale. Il dit que le SPS compte 24 % de femmes, contre 20 % dans les autres forces de police du pays.

Au total, le SPS devrait compter plus de 800 agents et 350 employés dans des postes de personnel de soutien civil.

Avec les informations de The Early Edition

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !