•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Préserver un bâtiment patrimonial tout en lui offrant une nouvelle vocation

L'ancien presbytère.

Le couple a investi des centaines de milliers de dollars pour restaurer le bâtiment construit il y a environ 175 ans.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'ancien presbytère de Laterrière a conservé son cachet d'antan, mais sa vocation a changé. Alexandre Gauthier et Stéphanie Blackburn sont propriétaires des lieux depuis peu, le couple restaure le bâtiment tout en hébergeant des jeunes aux prises avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l'autisme.

Le bâtiment, construit dans les années 1840 est considéré patrimonial depuis 1929. Le couple l’a converti en ressource intermédiaire et y a entrepris des rénovations importantes.

Ils ont notamment refait les divisions à l'intérieur et changeront la toiture cet été.

On trouvait que ça venait avec le cachet et avec le projet, donc conserver l'essence et conserver aussi une partie de l'histoire et conserver la chaleur de l'environnement. On trouvait que c'était important , indique la copropriétaire, Stéphanie Blackburn.

Alexandre Gauthier et Stéphanie Blackburn.

Le couple a acheté récemment l'ancien presbytère de Laterrière.

Photo : Radio-Canada

Toutefois, rénover un bâtiment patrimonial génère certaines contraintes. Le choix des matériaux est restreint et les coûts peuvent être élevés. Le projet du couple devrait atteindre plus d'un demi-million de dollars.

Ça demande des recherches de subventions, des recherches d'essence, des recherches de personnes qui sont capables de pouvoir refaire, mais surtout une recherche de matériaux qui est beaucoup plus complexe dans le contexte actuel , explique Mme Blackburn.

Conserver le patrimoine

Saguenay et le gouvernement du Québec offrent des subventions pour préserver les vieux bâtiments.

Un circuit culturel pourrait même voir le jour à Laterrière afin de mettre en valeur la quinzaine de bâtiments patrimoniaux du secteur.

Pour le conseiller municipal Michel Potvin, la valeur de ces constructions est inestimable.

Une région ou une ville qui n'a plus d'histoire, qui n'a plus de patrimoine, ça n'existe plus. C'est simple, dit-il.

Selon un reportage de Mireille Chayer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !