•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccin : ne pas blâmer les retardataires, suggère un pasteur du sud du Manitoba

Le pasteur Kyle Penner sourit, avec derrière lui un plan d'eau et des arbres.

Le pasteur Kyle Penner est membre du groupe de chefs religieux du sud du Manitoba qui travaillent avec les autorités sanitaires pour encourager les gens à se faire vacciner.

Photo : Kyle Penner

Radio-Canada

Un pasteur du sud du Manitoba appelle les Manitobains à ne pas blâmer les personnes admissibles au vaccin, mais qui ne se sont pas encore fait vacciner ou qui le font avec retard.

Lorsque les gens se font vacciner plus tard que nous l’aurions souhaité, notre première attitude ne devrait pas être de dire : "Tu arrives trop tard, mon pote, où étais-tu ? ", indique le pasteur Kyle Penner, associé à la Grace Mennonite Church de Steinbach.

Le pasteur Kyle Penner fait partie du groupe de chefs religieux du sud du Manitoba qui travaillent avec les responsables du groupe de travail provincial sur la vaccination. Le but est d’encourager la vaccination dans les régions où les taux sont les plus faibles dans la province.

Selon le pasteur Penner, lorsque quelqu’un finit par se faire vacciner dans notre entourage, malgré sa réticence de départ, il faut le féliciter.

Notre posture doit être de lui dire : 'Bienvenue à la fête, nous sommes heureux que vous soyez là'.

Les faibles taux de vaccination dans certaines collectivités du Manitoba inquiètent les responsables de la santé.

Dans le sud de la province où la campagne bute sur l’hésitation des personnes, les taux sont variables d’une localité à une autre, mais restent très en dessous de la moyenne nationale.

Un peu moins de 43 % des résidents admissibles du district sanitaire de Steinbach avaient reçu une dose vendredi, ce qui est bien inférieur à la moyenne provinciale de 64 % pour les 12 ans et plus, selon les données provinciales.

Les districts sanitaires voisins de Steinbach, Hanover et Sainte-Anne/La Broquerie, affichaient des taux de 31 % et 46 % respectivement.

Une confiance à établir

Des raisons religieuses sont régulièrement évoquées pour expliquer le bas niveau de vaccination dans cette région de la province. Selon le directeur du Centre d'études sur la religion et la société de l'Université de Victoria en Colombie-Britannique, Paul Bramadat, les gens hésitent à se faire vacciner pour diverses raisons. 

Paul Bramadat sourit.

Selon le chercheur Paul Bramadat, il y a aussi une méfiance des gens à l'égard des gouvernements et qui justifie leur réticence face au vaccin.

Photo : Paul Bramadat

Il est courant dans certaines communautés chrétiennes, dit-il, de croire que Dieu a non seulement un plan général pour l'univers, mais aussi un plan spécifique pour leur vie individuelle.

À cela s'ajoute une méfiance à l'égard du monde séculier, fait-il remarquer.

C'est pourquoi il est important de consacrer du temps à l'établissement de relations, explique M. Bramadat.

"Le problème, c'est que dans un environnement pandémique, vous n'avez pas vraiment le temps d'être patient et ouvert parce que les gens sont en train de mourir […] C'est donc un équilibre difficile", nuance-t-il.

Des raisons d’espérer 

L’ouverture d’un supercentre de vaccination à Steinbach il y a trois semaines a entraîné des améliorations, puisque le nombre de personnes qui ont reçu le vaccin dans la ville a augmenté d’environ cinq pour cent au cours des sept derniers jours, selon des données provinciales.

 Avant la mise en place de ce supercentre, les résidents devaient se rendre à Winnipeg, à 50 km plus loin afin de recevoir le vaccin.

Avec l’ouverture du centre, les rendez-vous à Steinbach sont complets pour de nombreuses semaines, ce qui laisse croire à  M. Penner que les faibles taux de vaccination antérieurs n'étaient peut-être pas seulement dus à l'hésitation ou aux attitudes anti-vaccination, mais aussi à l'accès.

C’est incroyablement occupé laisse tomber le maire de Steinbach Earl Funk sur les ondes d’une radio locale.

Le supercentre vaccine actuellement environ 420 personnes par jour en moyenne, soit environ 2900 personnes par semaine, se réjouit M. Funk.

Hospitalisée à cause de la COVID-19, une femme mennonite du Manitoba, autrefois hésitante, exhorte les autres à se faire vacciner.

Katharina Giesbrecht explique à CBC qu’elle a maintenant fait sa part en se faisant vacciner et appelle les autres personnes à faire également le pas.

Avec les informations de Bryce Hoye

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !