•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plan contre les violences faites aux femmes autochtones : la FSIN critique Ottawa

Heather Bear, vice-cheffe de la Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan (FSIN), lors d'une conférence de presse le 8 mars 2021.

La vice-cheffe de la Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan (FSIN), Heather Bear, aurait aimé voir les Autochtones davantage consultés. (archives)

Photo : Radio-Canada / Trevor Bothorel

Radio-Canada

Après deux ans d'attente, Ottawa vient de publier son plan d'action pour endiguer les violences contre les femmes et les filles autochtones, mais la Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan (FSIN) estime que les Premières Nations n'ont pas suffisamment été consultées.

La vice-cheffe de l’organisation, Heather Bear, affirme que les femmes et filles autochtones, ainsi que les personnes bispirituelles, se battent toujours pour que leurs voix soient entendues.

Mme Bear soutient que le Canada doit adopter une approche de décolonisation en tenant compte des traumatismes vécus par les communautés autochtones.

En revanche, la jeune autochtone et francophone de 23 ans, Jolanta Bird, se dit satisfaite du plan d’action. Cependant, elle estime qu’il a été présenté trop tôt. Elle aurait surtout aimé voir des changements dans le système d'éducation.

Je trouve que tout le monde a des informations différentes et c'est vraiment difficile de trouver la vraie source, cela cause des problèmes.

La jeune femme souhaiterait davantage de ressources en santé mentale pour les membres des Premières Nations. Elle souligne qu’il existe encore de forts stéréotypes dans le système de santé.

Le plan d'action de la Saskatchewan

Dans un communiqué publié mercredi, la Saskatchewan affirme qu’elle va étudier le plan d’action et harmoniser sa propre stratégie pour soutenir les peuples autochtones de la province.

D’autre part, la province souhaite recevoir des informations supplémentaires de la part d’Ottawa pour l’aider dans la lutte contre la violence faite aux Autochtones en Saskatchewan.

Le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan (NPD) espère que ce plan n’en sera pas un de trop, mais qu’il sera effectivement mis en œuvre.

Avec les informations de Geneviève Patterson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !