•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de guêpes ce printemps en Alberta : que faire pour bien cohabiter avec elles?

La tête d'une guêpe Polistes dominula.

La tête d'une guêpe Polistes dominula

Photo : Université du Michigan/Elizabeth Tibbetts

Radio-Canada

Si vous avez l’impression de voir plus de guêpes qu’à l’habitude en ce moment, vous ne rêvez probablement pas! L’arrivée hâtive du printemps, les températures chaudes et les faibles précipitations ont favorisé leur activité.

Il fait chaud depuis un bout de temps. Les guêpes ont donc eu le temps de se multiplier, a expliqué l’entomologiste à la retraite Mike Dolinski, à l’émission de radio de CBC Calgary Eyeopener.

[De plus], si elles ont eu un très bon taux d’accouplement à l'automne et que les reines ont bien survécu à l’hiver, tout d’un coup on se retrouve avec un grand nombre de nouvelles ouvrières qui sortent butiner pour construire leur colonie, explique-t-il.

Des prédatrices redoutables

Les guêpes sont des prédatrices à sang-froid redoutables, explique Mike Dolinski. Comme la plupart des insectes, elles sont incapables de générer leur propre chaleur corporelle. Elles sont donc moins actives lorsqu’il fait froid.

Les guêpes vivent généralement sous terre ou dans des terriers. Si vous êtes aux prises avec un nid de guêpes, le meilleur moment pour s’en occuper est lorsqu'il fait frais et que les guêpes sont plus dociles.

Les guêpes ressemblent un peu aux ours puisqu’elles sont omnivores, selon Mike Dolinski. Elles se nourrissent donc de viande, comme des insectes, et de fruits. Ce sont des prédatrices, dit-il. Elles mangent des moustiques, des pucerons et beaucoup de petites larves qui vivent dans les arbres.

En plus d’être des pollinisatrices, les guêpes jouent un rôle essentiel, au même titre que les fourmis et les autres charognards, dit-il. Elles sont géniales, ajoute l'entomologiste.

Que faire quand une guêpe nous embête?

Bien qu’elles nous font parfois la vie dure lors de repas à l’extérieur, ces petits insectes nous libèrent des moustiques en plus de polliniser notre jardin. Comment pouvons-nous donc améliorer nos relations avec eux?

La première des choses, explique Mike Dolinski, est de ne pas s’affoler lorsqu’une guêpe vole autour de notre tête, au risque d’attirer d’autres membres de sa colonie qui pourraient nous attaquer. Dès qu’il y a de la nourriture, elles le sentent et viennent se nourrir, dit-il.

Beaucoup de gens se mettent dans le pétrin parce qu’ils essaient de les éloigner. En faisant cela, les guêpes sécrètent une phéromone d’alerte qui attire les autres guêpes, ajoute-t-il.

En cas de piqûre, l’expert recommande d’appliquer de la glace. Il conseille d’ailleurs aux Albertains de garder un oeil sur leurs canettes de boisson gazeuse, à l’intérieur desquelles les guêpes s’introduisent parfois.

Avaler une guêpe est très dangereux. Si elle vous pique dans la gorge, vous pouvez avoir une forte réaction [allergique], dit-il. Une réaction anaphylactique près de la gorge ou de la bouche est très dangereuse en raison de l’enflure qu’elle provoque.

Avec les informations Hannah Kost

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !