•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tramway : Labeaume « a voulu aller trop vite », dit Gosselin

Jean-François Gosselin accorde une entrevue au journaliste de Radio-Canada Olivier Lemieux à l'extérieur de l'hôtel de ville de Québec.

Jean-François Gosselin (photo) blâme Régis Labeaume pour l'annulation de l'appel de propositions sur le tramway.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Régis Labeaume n’a que lui-même à blâmer pour l’annulation de l’appel de propositions sur le tramway et le report de sa mise en service d’une année, croit Jean-François Gosselin.

Le chef de l’opposition à l’hôtel de ville reproche au maire de Québec d’avoir agi avec précipitation dans le dossier. Selon lui, l'argument voulant que l'acquisition de Bombardier Transport par son rival Alstom ait fait dérailler le processus ne tient pas la route.

Tout le monde au Québec savait qu'Alstom était en train d'acquérir Bombardier. Ça s'est finalisé. C'était prévisible, mais aussi, le maire a voulu aller trop vite pour des raisons qu'on connaît. Lui, il a toujours eu son agenda électoral, voulait régler ça avant les élections, a réagi M. Gosselin.

Jean-François Gosselin à l'extérieur de l'hôtel de ville de Québec.

Le chef de Québec 21 affirme que l'échec de l'appel de propositions était prévisible.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Il se réjouit de constater que le prochain appel de propositions ne sera pas lancé avant la tenue des prochaines élections municipales, cet automne.

C'est une excellente nouvelle pour les citoyens, qui pourront [prendre] une décision éclairée, a commenté le chef de Québec 21, qui n’a pas raté l’occasion de rappeler que son parti présentera sa proposition de transport en commun mercredi prochain.

On se retrouve dans la situation aujourd'hui où [le maire] lui-même est obligé d'annuler son appel de propositions qu'il voulait tant et est obligé de recommencer à zéro.

Une citation de :Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

Un seul soumissionnaire

La Ville de Québec a annoncé vendredi qu’elle avait reçu un seul engagement de participation en date du 28 mai. Pour éviter d’avoir à négocier de gré à gré avec un soumissionnaire unique, la Municipalité a décidé de relancer l’appel de propositions.

Pour le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, il n’y a pas que du mauvais dans le fait que l’échéancier du tramway ait été repoussé d’un an. Cela permettra à son avis de favoriser les échanges avec les citoyens, qui auront l’occasion de se prononcer à nouveau sur le projet.

Jean Rousseau accorde une entrevue à Radio-Canada devant l'hôtel de ville de Québec.

Jean Rousseau plaide pour une meilleure coordination des projets de tramway et de 3e lien pour prévenir une augmentation des coûts.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

M. Rousseau appréhende toutefois les impacts de l’annulation de l’appel de propositions sur les coûts du tramway. Il invite le gouvernement Legault à mieux coordonner le projet de tramway avec celui du 3e lien pour éviter une explosion de la facture.

Le conseiller du district du Cap-aux-Diamants a rappelé que l’estimation des coûts pour la portion souterraine du tramway avait plus que doublé, passant de 150 millions à 352 millions de dollars.

Je demande à ce qu'il y ait une fusion ou une intégration des deux bureaux de projet pour la portion souterraine des projets. Il y a des expertises qui vont être communes. Il faut que le gouvernement contribue, s'il y a des dépassements de coûts, parce que c'est là où le risque se situe, a prévenu Jean Rousseau.

Bonnardel approuve Labeaume

Le gouvernement Legault a salué la décision de la Ville de Québec d'annuler l'appel de propositions pour la construction du tramway.

Cette décision était nécessaire afin d'assurer une bonne gestion des fonds publics et de favoriser une saine concurrence, a déclaré par voie de communiqué le ministre des Transports, François Bonnardel.

François Bonnardel lève les yeux lors d'un point de presse.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, estime que la décision d'annuler l'appel de propositions était nécessaire (archives).

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Il a assuré que la Ville de Québec pouvait compter sur la collaboration de son gouvernement pour faire du tramway un succès au bénéfice des citoyens de toute la grande région de Québec.

Des ajouts essentiels

La vice-première ministre et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, dont le gouvernement a exigé que la Ville de Québec bonifie son projet avant de l’endosser, a refusé de prendre le blâme pour ce nouveau délai.

Elle a mentionné que les bonifications demandées à l’administration Labeaume étaient nécessaires afin de répondre aux besoins de l’entièreté de la population.

On ne pouvait pas avoir un projet où on avait simplement une ligne de tramway qui coûtait beaucoup plus cher qu’à l’origine, qui se rendait moins loin à l’est que ce qu’on a finalement présenté, et qui avait coupé les trambus [dans lequel il] n’y avait pas grand-chose au nord puis dans le reste des banlieues, a fait valoir Mme Guilbault.

Mme Guilbault en conférence de presse.

Geneviève Guilbault affirme que les améliorations demandées à la Ville de Québec étaient incontournables.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Chez les organismes favorables au tramway, l’annulation de l’appel de propositions a été accueillie avec déception et résignation.

Règles à respecter

Le directeur général d’Accès transports viables, Étienne Grandmont, espère que le gouvernement Legault continuera d’appuyer le projet, même s’il devait éventuellement coûter encore plus cher que prévu.

On comprend qu’il y a des règles à respecter si on veut avoir de la compétitivité puis si on veut avoir un appel d’offres qui nous donne le meilleur comme citoyens et comme payeurs de taxes, mais en même temps, on s’attendait à quelque chose qui nous permettrait d’espérer une livraison plus rapide, a-t-il réagi.

Avec la collaboration d’Olivier Lemieux, Louise Boisvert et Jonathan Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !