•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de rattrapage des chirurgies avant septembre au Québec

Même si les hospitalisations liées à la COVID-19 sont nettement en baisse, tout comme les absences du personnel soignant, le ministre de la Santé du Québec n’entend pas amorcer de rattrapage des chirurgies avant trois mois. Près de 150 000 personnes demeurent dans l'attente.

Un chirurgien prend un instrument dans sa main.

Un chirurgien prend un instrument dans sa main.

Photo : iStock

Contrairement à l’été 2020, le réseau de la santé entend offrir un répit aux travailleurs des hôpitaux cet été.

Tant les médecins que les infirmières et les infirmiers, tout le personnel soignant veut prendre du repos cet été, a lancé Christian Dubé plus tôt cette semaine.

Il soutient avoir un plan de match [pour les chirurgies] qu'on va exécuter à la fin d'août ou au début de septembre.

Il faut dire que les hôpitaux continuent de délester en moyenne de 10 à 20 % des chirurgies ces dernières semaines.

Selon les données les plus récentes, l’Outaouais, une des régions les plus frappées par la troisième vague, fonctionne toujours à moins de 50 % de son niveau habituel.

Des ententes avec le privé devraient cependant hausser le pourcentage de chirurgies effectuées au courant de l’été.

Comme le précise une porte-parole du CISSS de l’Outaouais, le premier CMS [centre médical spécialisé] a commencé ses activités le 6 mai, le CMS Incognito a lancé les siennes le 1er juin (et) le CMS 819, pour l’ophtalmologie [...], le fera possiblement le 5 juillet.

À l’inverse, le CISSS de Laval est en mode rattrapage depuis quelques semaines. Il recourt au privé pour plus de la moitié des chirurgies.

Pendant ce temps, la liste d’attente pour une chirurgie frôle toujours les 150 000 personnes et fait l’objet d’une révision complète du ministère.

Il y a actuellement un exercice d’épuration des listes d'attente en cours, c’est-à-dire qu’il y a retrait de doublons, de cas déjà opérés ou encore de patients dont la chirurgie n'est plus pertinente, écrit Marie-Louise Harvey, une porte-parole du MSSS.

Cela permet également aux équipes de soins de faire des vérifications afin d’évaluer si les patients doivent être revus ou priorisés de nouveau, ajoute-t-elle.

La collaboration du personnel sera essentielle, selon le ministre Dubé, afin d’accélérer la cadence à l’automne.

On a une collaboration excellente de la Fédération des médecins spécialistes, qui veut reprendre les chirurgies, mais il faut avoir une collaboration aussi, notamment, des infirmières puis de tout le personnel, souligne-t-il

La présidente de la FIQ, Nancy Bédard, dehors et portant un masque.

La présidente de la FIQ, Nancy Bédard

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

À la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), la présidente Nancy Bédard met en garde les gestionnaires du réseau.

Pour la reprise des chirurgies, le rattrapage en septembre, il est important qu’on tienne compte des effectifs disponibles, affirme-t-elle.

Vu la grave pénurie de professionnelles en soins dans le réseau, nous avons été très claires avec le ministre de la Santé et des Services sociaux : les établissements devront recevoir la directive qu’ils ne pourront avoir recours ni au temps supplémentaire ni au temps supplémentaire obligatoire pour combler les quarts de travail à découvert, ajoute Mme Bédard.

La FIQ compte près de 76 000 membres infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques œuvrant dans les établissements de santé aux quatre coins du Québec.

Ne pas oublier les cancers

De son côté, le médecin spécialiste du CHUM Denis Soulières écrivait récemment une lettre d’opinion en faveur des patients atteints du cancer.

Il faut demander une mutation pour que l'urgence sanitaire passe de la COVID-19 au cancer, pour que les ressources efficaces consacrées au diagnostic, au traitement et à la vaccination contre la COVID-19 soient redirigées vers les patients souffrant du cancer, écrivait-il.

Interviewé vendredi par Stéphan Bureau à l’émission Bien entendu, cet hématologue et oncologue en a rajouté.

La COVID, on a été capable de juguler cette condition-là dans un délai d’à peu près un an. Par contre, ç'a été fait au détriment de bien d’autres choses, déplore-t-il, et il semble que le reste, c’est maintenant du laissé-pour-compte. On ne semble pas vouloir reparler de ce qu’on n’a pas fait pendant cette période-là et de tous les réinvestissements qu’on devra faire [...] pour le traitement du cancer.

Le Dr Soulières a également déploré le manque de données statistiques sur le cancer au Québec.

En orthopédie aussi, les spécialistes réclament des mesures pour combler les importants retards. En orthopédie, les atteintes fonctionnelles sévères sont aussi urgentes que certains cancers qui n'évoluent pas rapidement, estime le Dr  Jean-François Joncas, président de l’Association des orthopédistes du Québec.

Malgré la sous-traitance de chirurgies d’un jour à des cliniques privées, les cas qui nécessitent un séjour dans les hôpitaux continuent à traîner, faute de lits disponibles.

Selon le Dr  Joncas, il faut envisager d’allonger les heures de fonctionnement des blocs opératoires dans les hôpitaux. On avait déjà des listes d'attente substantielles… donc en principe, on ne rattrapera jamais le retard. Il faut absolument que des heures de travail soient ajoutées en quelque part pour permettre un rattrapage.

Des gens se promènent dans une avenue piétonnière.

Des jeunes déambulent dans les rues de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

La COVID-19 s’estompe

Les hospitalisations liées à la COVID-19 n’ont jamais été aussi basses depuis huit mois. On compte un peu plus de 300 patients, après avoir atteint en janvier un sommet de 1500.

Le nombre de travailleurs de la santé absents pour des raisons liées à la COVID est également en baisse constante depuis des semaines. Début juin, 3570 d'entre eux manquaient à l'appel, après un sommet de près de 8000 le 11 janvier.

Le ministre Dubé doit présenter les grandes lignes du plan de relance des chirurgies d’ici la mi-juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !