•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Choisir la simplicité volontaire à Memramcook

Gabriel LeBlanc devant sa maison.

Gabriel LeBlanc et sa famille vivent depuis 11 mois sans être branchés au réseau d'Énergie NB.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Radio-Canada

Depuis le début de la pandémie, la vie hors réseau (off grid en anglais) gagne en popularité. Une jeune famille de Memramcook a fait le virage - elle vit sans être reliée à un réseau électrique - mais non sans sacrifice.

Mélissa Petitpas et Gabriel LeBlanc ont acheté un chalet dans une région boisée de la Vallée de Memramcook. Le couple a retapé l’endroit et depuis l'été dernier, il dépend presque exclusivement de panneaux solaires pour les besoins en électricité.

La famille, qui compte deux enfants en bas âges, doit parfois utiliser une génératrice pour compenser, mais c’est très rare. Les Petitpas-LeBlanc vivent sans être branchés au réseau d’Énergie NB depuis maintenant 11 mois.

Ça fait donc un bon petit bout qu’on est offgrid, on va dire, a expliqué M. LeBlanc.

L’objectif pour la famille est de vivre différemment et d’être autonome. Ça va plus loin que l’énergie solaire.

Moi je suis un chasseur aussi. Donc, je chasse pour ma viande et je la coupe moi-même. Vivre avec de l’énergie renouvelable, je trouve que c’est tellement une bonne façon de vivre aussi, a confié le père de famille.

Évidemment, la famille économise en coût d’énergie et, sans Internet ni télévision, elle peut élever les enfants dans un mode de vie où la simplicité volontaire prime.

M. LeBlanc estime que les économies engendrées lui permettent de couvrir les dépenses liées à l’installation de panneaux solaires, soit entre 6000 et 7000 $. Sur une période de 10 ans, la famille croit pouvoir économiser jusqu’à 20 000 $.

Maintenant, Gabriel LeBlanc veut aider d'autres personnes à faire ce virage. Il veut en faire son gagne-pain.

Il a tiré des leçons de son expérience au cours de la dernière année et il aimerait en faire profiter d'autres familles qui veulent simplifier leur vie.

D'après un reportage du journaliste Michel Nogue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !