•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chefferie de l’Assemblée des Premières Nations : la liste des candidats maintenant connue

Perry Bellegarde au micro.

Perry Bellegarde, chef sortant de l'Assemblée des Premières Nations, ne se présente pas pour un nouveau mandat.

Photo : Radio-Canada

Sept leaders, représentant des communautés autochtones de l’Ontario, de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et du Québec, se sont lancés dans la course pour le poste de chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN).

L’élection aura lieu le 7 juillet, pendant l’assemblée générale annuelle de l’APN, qui se tiendra de façon virtuelle du 6 au 8 juillet.

Voici les candidats qui tentent de succéder à Perry Bellegarde, qui a annoncé en décembre qu'il ne se présenterait pas pour un troisième mandat.


RoseAnne Archibald

RoseAnne Archibald étreint une autre participante.

La cheffe régionale de l'Ontario, RoseAnne Archibald, à la cérémonie de clôture de l'assemblée générale de l'APN le 25 juillet 2019 à Fredericton.

Photo : La Presse canadienne / Stephen MacGillivray

RoseAnne Archibald est membre de la Première Nation de Taykwa Tagamou, près de Cochrane dans le Nord-Est de l’Ontario.

Elle a brisé plusieurs barrières pour les femmes autochtones.

Elle a été élue cheffe de sa communauté à l’âge de 23 ans en 1990. Elle devenait alors la première femme à occuper le poste, en plus d’être la plus jeune, tous genres confondus.

Elle a aussi été la plus jeune et la première femme à être élue grande cheffe adjointe de la Nation Nishnawbe Aski (1991) et grande chef du conseil Mushkegowuk (1994).

En 2018, elle a été la première femme à être élue cheffe régionale pour l’Ontario à l’APN.

Elle détient un baccalauréat en arts et une maîtrise en sciences sociales de l’Université Laurentienne


Reginald Bellerose

Reginald Bellerose accorde une entrevue.

Reginald Bellerose, chef de la Première Nation de Muskowekwan.

Photo : CBC/Don Somers

Reginald Bellerose est le chef de la Première Nation Muskowekwan, en Saskatchewan, depuis 2005.

M. Bellerose, le seul candidat de la Saskatchewan, a officiellement annoncé ses intentions lors de l'assemblée de printemps de la Fédération des nations autochtones souveraines à la fin du mois de mai et a annoncé publiquement sa candidature jeudi.

Nous devons unifier nos chefs, a déclaré M. Bellerose jeudi. Nous devons trouver un agenda unique et avoir une vision unifiée. Cet agenda unique et cette vision unifiée vont nous aider dans tous les domaines.

En plus d'avoir été chef de Muskowekwan pendant près de deux décennies, M. Bellerose a été président de divers conseils et comités, dont la Saskatchewan Indian Gaming Authority.

En 2019, il a participé à une délégation en Inde pour discuter d'un projet de mine de potasse.


Jodi Calahoo-Stonehouse

Jodi Calahoo-Stonehouse

Jodi Calahoo-Stonehouse.

Photo : Make Something Edmonton

Jodi Calahoo-Stonehouse, crie et mohawk, est membre de la Première Nation Michel, au centre de l’Alberta.

Elle est membre de la Commission des services policiers d’Edmonton et directrice générale de la Fondation Yellowhead Indigenous Education.

Elle prône l’inclusion des pratiques autochtones dans les processus de transformation sociale.

Jodi Calahoo-Stonehouse a joué un rôle déterminant dans l'établissement d'un engagement communautaire fort en tant que responsable des consultations pour l'édification de la Wahkotowin Lodge, une loge juridique autochtone à l'Université de l'Alberta, la première du genre dans un établissement postsecondaire au Canada.


Lee Crowchild

 Le chef de la Première Nation Tsuut'ina Lee Crowchild

Le chef de la Première Nation Tsuut'ina Lee Crowchild

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Lee Crowchild a été Xakiji (chef) de la Première Nation de Tsuut’ina, près de Calgary, de 2016 à 2019. Son grand-père, David Crowchild, qui a aussi été Xakiji de Tsuut'ina, a combattu aux côtés de Louis Riel.

Pendant son mandat de chef, une de ses priorités a été de renforcer les liens entre la Première Nation et Calgary.

Il a occupé d’autres postes au sein de la communauté, dont directeur des infrastructures et directeur des travaux publics.

Il est diplômé de l’Université Washington State en physiologie sportive et de l’Université de la Colombie-Britannique en sciences de l’éducation.

En plus de son rôle de chef de la Première Nation de Tsuut’ina, il a notamment fait partie du conseil d’administration du réseau de télévision APTN.


Alvin Fiddler

Alvin Fiddler à son bureau.

Le grand chef de la nation Nishnawbe Aski, Alvin Fiddler.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Alvin Fiddler, grand chef adjoint de la Nation Nishnawbe Aski (NAN) depuis 2015, avait annoncé sa candidature il y a quelques semaines.

C'est l'occasion d'inaugurer une nouvelle ère de changement générationnel, a déclaré M. Fiddler dans une déclaration publiée sur son site de campagne. La route est longue, mais nous devons nous engager sur ce chemin pour démanteler les anciennes façons coloniales d'être et créer de nouvelles réalités, construites par nous et pour nous.

M. Fiddler est né à Sioux Lookout, au nord-ouest de Thunder Bay et a été élevé dans la Première Nation de Muskrat Dam, dont il a d’ailleurs été grand chef adjoint de 1993 à 1998.

Il a été directeur de la santé de la NAN, puis grand chef adjoint de 2003 à 2010 et de 2012 à 2015. Il a représenté l’Ontario lors de la Commission de vérité et réconciliation.


Kevin T. Hart

Le chef régional du Manitoba de l'Assemblée des Premières Nations, Kevin Hart.

Le chef régional du Manitoba de l'Assemblée des Premières Nations, Kevin T. Hart.

Photo :  CBC

Kevin T. Hart était le chef régional du Manitoba à l’APN depuis 2015, jusqu’au dépôt de sa candidature pour le poste de grand chef national.

Il a été nommé coprésident d'un groupe de travail de l'APN sur la COVID-19 en mai 2020.

Membre de la Première Nation de Nisichawayasihk, dans le nord de la province, il aussi travaillé pour le gouvernement du Manitoba.

M. Hart a décidé de se présenter au poste de chef national après avoir été approché par plusieurs chefs autochtones du Manitoba.

La plus grande priorité de Kevin sera de protéger les droits ancestraux et issus de traités, l'inclusion et l'avancement des Autochtones, tout en assurant un avenir sûr pour nos femmes et nos enfants, peut-on lire sur sa page Facebook.


Cathy Martin

Cathy A. Martin, conseillère de Listiguj

Cathy A. Martin, conseillère de Listiguj

Photo : Radio-Canada / Extrait de la page FB de Cathy Martin

Cathy Martin est membre de la communauté Mi'gmaq Listuguj, en Gaspésie.

Elle est membre du conseil de bande de Listuguj. Elle a été élue pour un 4e mandat en novembre 2020.

Elle a été directrice du campus de Listuguj du centre régional d'éducation des adultes des Premières Nations.

Elle est l’auteure d’un livre intitulé Strengthening Canadian Indigenous Relationships, publié en 2019.

Le livre présente un cadre pour aider les communautés autochtones et les agences gouvernementales à prendre de meilleures décisions, dans le respect de la culture autochtone.

Elle a été suspendue temporairement en 2017 pour une vidéo sur un réseau social au sujet d’un investissement de 3 millions de dollars du conseil de bande dans un projet de culture médicale de cannabis.

Sa suspension avait été levée plus tôt que prévu, afin de rétablir un climat plus sain dans la communauté.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !