•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Éruption du volcan Nyiragongo : si loin, si près

Un homme tente en vain d'éteindre un petit bâtiment en tôle envahi par les flammes.

L'éruption du volcan Nyiragongo, le 22 mai, a pris tout le monde de court en RDC.

Photo : Reuters / Enoch David

J’ai quitté mon pays natal, la République démocratique du Congo (RDC), il y a une trentaine d’années, mais ce pays ne me quitte pas.

Une catastrophe naturelle comme la récente éruption du volcan Nyiragongo me le rappelle vivement, douloureusement.

Depuis le 22 mai, j’ai du mal à oublier ces images des populations qui désertent leur habitation pour échapper à la coulée de lave déchaînée dans la région de Goma et du lac Kivu.

Je n’ai pas habité cette région, mais je l’ai visitée. Dans mon imaginaire, avec ses lacs et ses sommets, dont le Ruwenzori, elle fait partie des coins les plus beaux de la RDC. La voir sinistrée me déchire le cœur.

Qu’en restera-t-il si le magma détecté sous la ville et dans le lac voisin entrait en éruption sous terre et sous le lac, comme le redoutaient récemment les autorités locales?

Mère nature va en décider. Je prie pour qu’elle se calme et que les résidents reviennent de leur exil forcé.

Dieu merci, les dernières nouvelles sont rassurantes et des sinistrés ont commencé à retourner chez eux. En attendant, où qu’ils soient, ils ont besoin d’aide et de générosité.

C’est ce que je vois. Sur place, dans les camps de déplacés en RDC et au Rwanda voisin, des groupes se mobilisent pour assister les sinistrés.

Je suis interpellé par cette mobilisation qui s’est étendue à l’extérieur du continent africain et même au Canada. Je suis résolu à y contribuer, ne serait-ce qu’avec un peu d’argent.

Une catastrophe n’attend pas l'autre. Celle de l’éruption du Nyiragongo s’est invitée en pleine pandémie de la COVID-19. Ne l’ignorons pas!

En même temps, ce qui arrive montre que reconstruire est le propre de la condition humaine.

Les catastrophes, on en a connu en Alberta avec des inondations et des feux, me rappellent que la prospérité et la sécurité de nos communautés ne sont pas acquises.

Après chacune, nous avons besoin de nous relancer et de nous donner de nouveaux buts. Dans cet effort, la solidarité humaine reste nécessaire.

Aidons les sinistrés de l’éruption du Nyiragongo à se remettre debout et à recommencer après cette énième catastrophe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !