•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de tramway de Québec retardé d'un an

Un rendu du tramway.

Le projet de tramway de Québec, dans le secteur de la rue de la Couronne

Photo : Ville de Québec

Le projet de tramway de Québec sera sur les rails un an plus tard que prévu.

La Ville de Québec doit tenir un point de presse à 14 h pour annoncer que l'appel de propositions ne fonctionne plus.

De trois consortiums intéressés...

L'an dernier, trois consortiums avaient montré qu'ils souhaitaient participer au processus pour le contrat de conception, de réalisation et d'entretien du tramway.

La Ville de Québec n'a jamais dévoilé combien d'entre eux s'étaient qualifiés pour l'étape suivante. La Ville a toujours laissé entendre que le nombre était suffisant pour assurer une saine compétition.

L'administration Labeaume a lancé l'appel de propositions le 30 avril dernier en affirmant que les consortiums intéressés l'étaient toujours.

... à un seul

Selon nos sources, des difficultés sont apparues rapidement dans le processus, si bien qu'il ne reste plus qu'un seul groupe en lice.

Devant l'absence de compétition pour assurer un meilleur projet au meilleur prix, la Ville est contrainte de revoir sa démarche au complet.

Cette décision va entraîner de nouveaux retards pour le projet, ce que comprend parfaitement le directeur général d'Accès transports viables, Étienne Grandmont, même s'il aimerait voir le projet de tramway se concrétiser le plus tôt possible.

On sait qu'il y'a des règles à respecter si on veut avoir de la compétitivité et si on veut avoir un appel d'offres qui nous donnent le meilleur comme payeurs de taxes. On comprend les règles, souligne-t-il.

Guilbault ne prend pas le blâme

La ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, refuse de prendre le blâme à la suite de nouveau délai. Les discussions entre le gouvernement et la Ville de Québec au cours des derniers mois étaient primordiales pour la bonne réalisation du projet, selon elle.

Les mois qui ont été consacrés à la bonification du projet étaient nécessaires pour mieux répondre au besoin de l'entièreté de la population de la Capitale-Nationale, souligne-t-elle.

On ne pouvait pas avoir un projet où on avait simplement une ligne de tramway qui coûtait beaucoup plus cher qu'à l'origine, qui se rendait moins à l'est que ce qu'on a finalement présenté et qui avait coupé les trambus, et qu'il n'y avait pas grand-chose au nord et dans le reste des banlieues.

Une citation de :Geneviève Guilbault, ministre responsable de la Capitale-Nationale

Un appui clair réclamé

Le député solidaire de Jean-Lesage, Sol Zanetti, espère néanmoins que le gouvernement va appuyer le projet en envoyant un signal clair.

Moi je veux cet après-midi un gouvernement qui dise: ce projet-là, on va l'accompagner jusqu'au bout, et puis on va payer ce que ça coûte, et on va s'assurer que la région de la Capitale-Nationale ait un réseau de transport structurant qui se tient debout., déplore-t-il.

L'opposition à la Ville de Québec ainsi que le cabinet du ministre des Transports n'ont pas voulu commenter cette nouvelle. On nous indique qu'on va d'abord laisser la Ville faire son annonce avant de réagir.

Avec la collaboration d'Alain Rochefort

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !