•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de date pour la réouverture de la frontière avec Saint-Pierre-et-Miquelon

Seamus O'Regan.

Le ministre fédéral responsable de Terre-Neuve-et-Labrador Seamus O'Regan indique que « le travail se poursuit » pour rouvrir la frontière en toute sécurité.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Même si Terre-Neuve-et-Labrador s’apprête à accueillir des voyageurs du reste du Canada, il n’y a toujours aucun échéancier pour alléger les restrictions à sa frontière avec Saint-Pierre-et-Miquelon.

L’archipel français, qui se situe à 25 km au sud-ouest de Terre-Neuve, compte 6000 habitants, dont les trois quarts (Nouvelle fenêtre) ont reçu deux doses de vaccin contre la COVID-19.

Le gouvernement provincial rouvre sa frontière aux voyageurs canadiens le 1er juillet. Mais le gouvernement fédéral a le dernier mot sur l'allègement des restrictions aux frontières du pays. Pour le moment, tous les voyageurs arrivant de l'étranger doivent s’isoler pendant 14 jours dès leur arrivée au Canada.

Les autorités de santé publique travaillent avec la province, le gouvernement de la France et les gens de Saint-Pierre pour s’assurer que nous prenons toutes les précautions nécessaires lorsque les voyageurs arrivent, a indiqué jeudi le ministre fédéral responsable de Terre-Neuve-et-Labrador, Seamus O’Regan. Le travail se poursuit.

Une possibilité d'évasion

Le président du conseil territorial de Saint-Pierre-et-Miquelon, Bernard Briand, milite pour l’élimination des contrôles frontaliers depuis avril. Il n’a pas accordé d’entrevue à Radio-Canada, mais dans une lettre datée du 14 avril et envoyée au premier ministre Justin Trudeau, il a écrit qu’au-delà des bénéfices économiques avec cette éventuelle ouverture de nos frontières, ce serait une nouvelle réjouissante pour le moral des habitants de la région.

Nous avons ici une possibilité d’évasion, de pouvoir passer d’un pays à l’autre, dans les bonnes conditions sanitaires, a-t-il souligné dans la lettre.

Danielle Ambs, chargée de projet à Legendary Coasts, une agence terre-neuvienne de marketing qui fait la promotion du tourisme à Saint-Pierre-et-Miquelon, explique que les gens de Saint-Pierre-et-Miquelon, pour la plupart, ils n'ont pas bougé depuis mars 2020. C'est une île très petite, c'est vraiment beau, mais c'est très petit et les gens ont vraiment hâte de sortir.

Danielle Ambs.

Danielle Ambs est chargée du partenariat touristique entre Terre-Neuve et Saint-Pierre-et-Miquelon de la firme Legendary Coasts.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Selon nous, il n'y a pas beaucoup de risques et ce sont nos voisins. Ils ont vraiment hâte de revenir. Si on accueille les Canadiens, pourquoi pas les Saint-Pierrais et les Miquelonnais aussi?

Une citation de :Danielle Ambs, chargée de projet, Legendary Coasts

Mme Ambs souligne les liens étroits entre l’archipel et Terre-Neuve qui sont rompus depuis la suspension du service de traversier et des vols commerciaux il y a un an.

La majorité des gens ont un lien très fort avec la province de Terre-Neuve-et-Labrador. Ils ont de la famille, des amis, des maisons parfois, et ils ont vraiment hâte de redécouvrir leur province voisine, ajoute-t-elle.

Mais elle se dit optimiste en raison de récents commentaires du premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, qui a évoqué, mercredi dernier, des discussions actives entre le gouvernement provincial et Ottawa pour permettre aux habitants de l'archipel de venir dans la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !