•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Art urbain : le quartier Yorkville reprend vie avec une murale et une nouvelle terrasse

Une murale colorée au sol.

Cette murale publique sur la rue Bellair à Toronto est une œuvre de l'artiste Nina Chanel Abney.

Photo : Fournie par Refucil the Monk/Yorkville Murals

Après une année au ralenti, le quartier Yorkville à Toronto renaît de ses cendres. Ses résidents, ses commerçants et ses artistes collaborent pour lui donner un nouveau souffle à l'approche de la réouverture de la province.

Le festival de murales de Yorkville lance sa saison avec la création du Café Artois Yorkville et une murale de l'artiste Nina Chanel Abney.

L'oeuvre publique, créée en partenariat avec la Ville de Toronto, vient tout juste d'être terminée sur la rue Bellair, au centre-ville.

Cet environnement axé sur l'art, la communauté et les nouvelles expériences est une célébration du retour des événements publics, lance le directeur du festival Alan Ganev, qui est à la tête du projet.

Un homme sourit.

Alan Ganev mise sur la diversité pour créer une collaboration qui représente le plus de personnes possible et qui rassemble.

Photo : Radio-Canada / Myriam Eddahia

On veut aider les restaurants en leur permettant d'économiser sur l'achat de meubles pour leur terrasse et en attirant des gens de partout à travers la grande région de Toronto, poursuit-il.

Nous voulons que les gens fassent partie de cette renaissance et célèbrent avec nous, ajoute-t-il.

L’ouverture du Café Artois Yorkville, le 14 juin, est conditionnelle à la première étape de déconfinement du plan de l’Ontario, lorsque les Torontois pourront fréquenter les terrasses à nouveau.

Cet espace offrira plus de 100 places dans la rue Bellair, qui est clôturée, pour soutenir les restaurants locaux participants qui pourront ainsi accueillir plus de clients au moment de la réouverture des terrasses.

Des tables pour deux et des tables pour quatre seront installées du 14 juin au 1er novembre en conformité avec les règlements provinciaux sur la réouverture des terrasses.

Les restaurants de la province pourront accueillir jusqu’à quatre personnes par table à la première étape du déconfinement de la province, prévue la semaine du 14 juin.

Venez à Yorkville, découvrez cette œuvre qui vous invite à réfléchir et aidez une industrie qui souffre énormément à cause de la pandémie.

Une citation de :Alan Ganev, directeur de la galerie d'art Taglialatella à Toronto

Le directeur général du restaurant Trattoria Nervosa, qui a ouvert ses portes au coin de Yorkville et Bellair en 1996, attend l'ouverture officielle de la terrasse avec impatience.

Cette année a été difficile, raconte Christian Alfarone, qui ne veut que retrouver les membres de sa communauté. Le restaurant a pris un dur coup, mais avec le soutien de notre clientèle nous avons survécu, ajoute-t-il.

Nous aurons environ 30 places, ce n'est pas assez pour compenser les tables qu'on perd à l'intérieur, mais ce projet nous aide beaucoup.

Une citation de :Christian Alfarone, directeur général du restaurant Trattoria Nervosa

Les établissements Coco Espresso Bar, Vaticano et Yamato font aussi partie du projet. Les restaurants voisins Cibo Wine Bar et Hemingway's participent également à l'initiative.

Nous commençons à voir la lumière au bout du tunnel, dit M. Alfarone.

Une murale pour la justice sociale

La murale de l'artiste Nina Chanel Abney est une idée de la commissaire d'exposition et directrice artistique Ashley McKenzie-Barnes, qui voulait travailler avec elle depuis 2016.

Après une année chargée en émotions, cette œuvre invite les visiteurs à se questionner sur les violences envers les personnes racisées, particulièrement les personnes noires et autochtones, mais pas seulement.

La phrase arrête, ne tue pas, aime (traduction libre) peinte sur la murale englobe plusieurs enjeux de justice sociale explique Ashley McKenzie-Barnes, que ce soit par rapport à la communauté LGBTQ+, les crimes haineux, ou les abus policiers.

Une femme avec des lunettes.

C'est la commissaire d'exposition Ashley McKenzie-Barnes qui a eu l'idée de collaborer avec l'artiste de renom Nina Chanel Abney pour cette oeuvre qui éveille les consciences.

Photo : Radio-Canada / Myriam Eddahia

C'est une période intense, avoue Ashley McKenzie-Barnes. À l'approche de l'été, nous voulions garder la justice sociale au cœur de la conversation, ajoute-t-elle.

L'œuvre est une mobilisation en soi. Elle se trouve au cœur de Yorkville, un quartier cossu de la métropole du pays.

Les curieux sont appelés à saisir un moment de réflexion. Le but de cette œuvre est de guérir ensemble et d'être solidaires, explique la directrice artistique.

Murale colorée au sol.

Alan Ganev et Ashley McKenzie-Barnes espèrent que cette murale inspirera les visiteurs et amènera les autres quartiers de la Ville à emboîter le pas.

Photo : Radio-Canada / Myriam Eddahia

Mon plus grand espoir est que nous puissions nous rassembler en tant que communauté et que les gens puissent être inspirés par ce qui se passe, dit le directeur Alan Ganev.

L'amour est la seule façon d'avancer, ajoute Ashley McKenzie-Barnes, qui souhaite que cette murale soit un élément rassembleur dans la communauté.

Cette initiative ne pouvait pas arriver à un meilleur moment, conclut-elle.

Le festival de murales de Yorkville commence ainsi sa saison, mais prépare déjà un autre projet d'envergure cet automne.

Un événement culturel annuel de trois jours est prévu du 24 au 26 septembre 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !