•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une motion pour protéger le lac Memphrémagog adoptée à l'unanimité à l'Assemblée nationale

Le lac Memphrémagog

L’Assemblée nationale a adopté une motion pour la protection du lac Memphrémagog à l'unanimité jeudi. (archives)

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

L’Assemblée nationale a adopté une motion pour la protection du lac Memphrémagog à l'unanimité jeudi. Présentée par la députée de Sherbrooke Christine Labrie, elle demande notamment au gouvernement du Québec de prendre position pour l’interdiction permanente des rejets de lixiviat (« jus de poubelle ») traité dans le bassin versant du lac Memphrémagog.

Depuis 2019, un moratoire de quatre ans empêche le site d’enfouissement de la ville de Coventry, au Vermont, de faire traiter son lixiviat au site d’épuration de Newport, une autre ville américaine située à l’embouchure du lac Memphrémagog. Ce moratoire avait été instauré après une demande d'agrandissement du site d’enfouissement de Coventry.

Or des traces de contaminants toxiques ont récemment été détectées à une usine de filtration d'eau de l'Estrie. Comme les contaminants prennent un certain temps avant d’arriver en Estrie, ils datent vraisemblablement d’avant l’instauration du moratoire. Cette découverte a poussé des élus de Sherbrooke à réclamer un moratoire permanent sur le déversement de lixiviat.

La motion adoptée à l’Assemblée nationale indique qu’elle partage les inquiétudes des citoyennes et des citoyens, des élu.es et des groupes environnementaux de l’Estrie à l’égard des risques potentiels de la fin [du moratoire en 2023] pour la santé humaine et environnementale , et pren[d] acte de la déclaration commune des élu.es de la région sur le lac Memphrémagog, exprimant leur volonté "que le traitement du lixiviat dans l’usine d’épuration de Newport soit interdit à long terme”.

Christine Labrie très contente 

En entrevue avec Radio-Canada, Christine Labrie s’est réjouie que la motion ait été adoptée.

Ça a été adopté à l’unanimité. Je suis très contente, car il y avait un flou qui persistait sur la position du ministre [de l'Environnement]. On voyait qu’il voulait travailler sur le dossier, mais on ne savait pas ce qu’il allait revendiquer exactement auprès du Vermont. Maintenant, il a pris un engagement moral aujourd’hui de défendre la position du moratoire permanent, explique-t-elle.

Maintenant qu’on a un porteur de dossier auprès du Vermont, je trouve ça important que cette personne-là, on lui donne un mandat clair, et c’est ce qu’on a fait à l’Assemblée nationale ce matin en demandant unanimement au ministre de l’Environnement de se rendre au Vermont en revendiquant un moratoire permanent.

Une citation de :Christine Labrie, députée de Sherbrooke

Elle espère que le ministre pourra se montrer convaincant et protéger le lac Memphrémagog, qui sert de source d’eau potable à plus de 175 000 résidents estriens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !