•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : une première sortie pour le Vaccibus dans la région

Un petit gazebo a été installé devant le Vaccibus pour protéger l'équipe du soleil.

Le Vaccibus est stationné aux Promenades Gatineau jusqu'à 19 h, ce vendredi.

Photo : Radio-Canada / Mama Afou

Radio-Canada

Depuis vendredi midi, le Vaccibus va à la rencontre des gens de l'Outaouais afin d’intensifier les efforts de vaccination contre la COVID-19 dans les secteurs où la couverture vaccinale est moins élevée. La tournée a commencé aux Promenades Gatineau.

Un autobus prêté par la Société de transport de l’Outaouais (STO) a été converti en clinique de vaccination mobile pour rejoindre directement chez elles les communautés qui sont proportionnellement moins vaccinées.

Le Vaccibus, comme il a été baptisé, sillonnera les routes de l’Outaouais pour aller se stationner aux quatre coins de la région, a expliqué le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais, jeudi, par voie de communiqué.

La directrice de la campagne de la vaccination en Outaouais, Nency Héroux, applaudit la créativité de ce nouveau procédé pour encourager la vaccination. À ce moment-ci de la vaccination, il faut optimiser ce qu’on a mis en place et être un peu plus créatifs pour aller à la rencontre des gens.

Les secteurs visités seront notamment des municipalités plus isolées ou des stationnements de commerces à grand volume où un bon nombre de personnes se déplacent, précise le CISSS de l’Outaouais.

Quatre personnes sont assises chacune à leur table dans le Vaccibus.

Dans le bus, Suzanne Cloutier et Julie St-George vaccinent les visiteurs à l'avant, aidées par deux personnes qui, à l'arrière, gèrent l'approvisionnement en vaccins.

Photo : Radio-Canada / Catherine Morasse

Le premier arrêt a lieu ce vendredi dans le stationnement des Promenades Gatineau, de 12 h à 19 h, à proximité de la foire alimentaire.

Cliniques mobiles

Le CISSS de l’Outaouais a fait cette annonce au moment du lancement des premières cliniques de vaccination mobiles pour les gens qui n’ont pas encore été vaccinés.

Le Pontiac est le premier endroit à accueillir les cliniques mobiles, qui seront sur place jusqu’à dimanche. Les personnes qui n’ont pas encore reçu leur première dose de vaccin contre la COVID-19 peuvent s’y rendre, avec ou sans rendez-vous.

Au cours des prochains jours, des cliniques de vaccination itinérantes seront aménagées à l'Isle aux Allumettes, ainsi qu’à Otter Lake et à Shawville, notamment.

Le Centre islamique de l’Outaouais a également accueilli, dans la journée de vendredi, une clinique de vaccination mobile, située au sous-sol de la Mosquée de Gatineau. Cette clinique a permis aux fidèles d’obtenir facilement une dose après leur prière. L’objectif était de vacciner 60 personnes. En début d’après-midi, la moitié avait été franchie.

Le président du conseil d’administration du Centre islamique de l'Outaouais, Ibrahim Sballil, a soulevé l’effort linguistique de la campagne. Nous avons traduit tout le matériel en arabe et en d’autres langues pour aller rejoindre la population qu’on ne peut pas rejoindre avec le français ou l’anglais.

Quatre autres cliniques mobiles sont prévues à Hull et dans le Pontiac. Par ce moyen, le CISSS de l’Outaouais espère surtout rejoindre les 18 à 40 ans, puisque leur couverture vaccinale progresse moins rapidement en comparaison avec le reste de la population.

Le CISSS est persuadé que cette offre supplémentaire de vaccination pour la population nous permettra d’atteindre notre objectif de 75 % de la population vaccinée. [...] Déjà six sites dans la région offrent de la vaccination avec et sans rendez-vous, rappellent les responsables de la santé publique en Outaouais.

Ajout de cliniques temporaires à Ottawa

Du côté de la capitale fédérale, Santé publique Ottawa (SPO) et la Ville ouvriront d’autres cliniques temporaires au cours de la semaine prochaine, afin de rejoindre les résidents de certains quartiers prioritaires.

Côte-de-Sable

7 juin et 8 juin, de 9 h à 19 h, au Complexe sportif Minto (uOttawa)

Overbrook – McArthur

8 juin et 9 juin, de 9 h à 19 h, au Centre communautaire Overbrook

Ledbury – Heron Gate – Ridgemont

10 juin et 11 juin, de 11 h à 21 h, à la Ridgemont High School

Hawthorne Meadows – Sheffield Glen

12 juin et 13 juin, de 9 h à 19 h, au Musée des sciences et de la technologie du Canada

Riverview

12 juin et 13 juin, de 9 h à 19 h, à la Hillcrest High School

Seuls les résidents vivant dans les quartiers ciblés pourront recevoir une première dose de vaccin dans ces cliniques. Les résidents admissibles doivent être âgés d’au moins 12 ans et prendre rendez-vous en personne, pendant les heures d’ouverture, selon le principe du premier arrivé, premier servi.

Les résidents de l’extérieur des quartiers prioritaires seront dirigés vers le système provincial de rendez-vous  (Nouvelle fenêtre)ou leur pharmacie locale (Nouvelle fenêtre) pour savoir quand ils pourront prendre rendez-vous.

Système provincial de rendez-vous rétabli en Ontario

Le service provincial de prise de rendez-vous pour un vaccin contre la COVID-19 est d'ailleurs de nouveau accessible aux résidents d’Ottawa, et ce, depuis midi, jeudi. Le service avait été interrompu lundi, après avoir connu des problèmes techniques.

Les autorités à Ottawa ont toutefois réagi afin que le délai entre les deux doses pour les personnes âgées de 80 ans et plus soit respecté.

Au total, 17 000 doses ont spécialement été réservées pour cette tranche de la population à Ottawa, a assuré, jeudi, Anthony Di Monte, le directeur général des Services de protection et d'urgence à la Ville d'Ottawa.

Un homme accorde une entrevue par visioconférence.

Anthony Di Monte, directeur général des Services de protection et d'urgence à la Ville d'Ottawa

Photo : Radio-Canada

Les équipes locales, à Ottawa, ont d’ailleurs commencé, jeudi, à appeler les gens de 80 ans et plus qui n’ont pas reçu leur deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 afin de les accompagner et de prendre rendez-vous.

Le délai entre les doses s'amenuisait, donc on a décidé de mettre de côté 17 000 doses pour ces gens-là et on a commencé à les appeler aujourd’hui afin de prendre rendez-vous pour eux, de s’assurer qu’ils ont leur rendez-vous et d'éviter que ces gens-là, de 80 ans et plus, doivent s’enregistrer à nouveau dans le système, a déclaré M. Di Monte.

Avec les informations de Jérémie Bergeron, Mama Afou et Catherine Morasse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !