•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Québécoise se joint à la haute direction de Verizon

L'ex-PDG de Vidéotron Manon Brouillette devient numéro deux de la division consommateurs du géant américain.

Mme Brouillette prend la pose, assise.

Manon Brouillette fait partie des femmes d'affaires les plus influentes au Canada.

Photo : Radio-Canada / Paul Chiasson

Radio-Canada

La deuxième société de télécommunications en importance aux États-Unis vient de recruter une femme d'affaires bien connue de ce côté-ci de la frontière.

L'ex-PDG de Vidéotron Manon Brouillette se joindra sous peu à la haute direction du géant Verizon, a-t-on appris jeudi. Elle occupera à compter du 11 juin le nouveau poste de cheffe de l'exploitation et de directrice générale adjointe de la division consommateurs, la plus importante de l'entreprise.

À ce titre, Mme Brouillette sera notamment appelée à superviser le développement du service 5G de Verizon, en plus de poursuivre la diversification de l'entreprise.

Manon Brouillette a travaillé pendant 14 ans chez Vidéotron. Elle a notamment occupé le poste de présidente et chef de la direction du câblodistributeur de 2014 à 2018 après le départ de Robert Dépatie, son mentor.

Au cours de sa carrière, Mme Brouillette a reçu de nombreux prix et a figuré sur la liste des 100 Canadiennes les plus influentes en 2014 et en 2016. Elle a également siégé au conseil d'administration de plusieurs entreprises comme Lightspeed, BFA Industries, Banque Nationale du Canada, Sonder et Altice USA.

Manon Brouillette, ex-pdg de Vidéotron, chez Verizon

Je me sens privilégiée, a confié la principale intéressée jeudi dans l'émission Zone économie, sur ICI RDI. Même moi, je suis un peu surprise. C'est comme exceptionnel pour une personne du Canada comme moi, qui vient de la Mauricie, de se retrouver dans la plus grande entreprise de télécommunication, quasiment, au monde.

Il est vrai que Manon Brouillette figurera dorénavant parmi les rares représentants du Québec inc. à s'être hissés dans les hautes sphères du milieu américain des affaires, aux côtés des Patrick Pichette (ex-directeur financier de Google) et Jean Raby (PDG de Natixis Investment Managers).

En plus, j'arrive juste au bon moment, poursuit Mme Brouillette, soulignant que Verizon a doublé sa capacité spectrale au sortir des dernières enchères de bande passante aux États-Unis.

À 52 ans, la femme d'affaires se dit heureuse – et heureuse pour les femmes – d'avoir eu le job, elle qui était la seule femme dans tout le line-up.

C'est un coup de cœur, dit-elle, un défi qui va me permettre de me développer. J'ai le vertige, un peu. Donc c'est parfait, dans la jeune cinquantaine, d'être encore comme ça au bout de ses orteils, comme on dit.

Un gros bateau

La division consommateurs de Verizon génère des revenus de près de 90 milliards de dollars américains par an, soit environ 70 % du chiffre d'affaires de la société.

La capitalisation boursière de Verizon, elle, atteint 235 milliards de dollars américains, ce qui en fait la 24e entreprise américaine inscrite en Bourse en importance. Aucune société canadienne ne s'approche de cette valeur.

Verizon vient de lancer le service Internet 5G dans une quarantaine de villes américaines, avec pour objectif de l'offrir à 50 millions de foyers d'ici 2025. Basée à New York, la société compte environ 130 000 employés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !