•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington fournira 60 millions de doses au COVAX; Ottawa se fait prier

Une personne tient une fiole de vaccin.

Les États-Unis donneront 60 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca au programme COVAX.

Photo : Paul Chiasson

Radio-Canada

La Maison-Blanche, qui a promis de donner 80 millions de doses de vaccin à des pays étrangers, a révélé que 75 % de ces doses passeront par le dispositif international de partage COVAX. De son côté, le Canada est pressé par plusieurs organismes de verser des doses au programme.

C’est ainsi que les États-Unis donneront 60 millions de doses à COVAX d’ici la fin du mois de juin. Ce programme a été créé afin de redistribuer de façon équitable les doses de vaccins, notamment à l’intention des pays à plus faibles revenus.

Aujourd'hui, le gouvernement annonce le cadre pour le partage de ces 80 millions de doses américaines à travers le monde, a déclaré la Maison-Blanche par voie de communiqué. Au moins les trois-quarts des doses données seront partagées via COVAX, a-t-elle ajouté.

Washington a aussi précisé quels seront les pays qui bénéficieront de la première tranche de 25 millions de doses. Les pays d’Amérique latine, des Caraïbes, d’Asie du Sud et du Sud-Est, de même que de l’Afrique seront servis en priorité. Cette première tranche de doses vaccinales sera constituée d’une combinaison des vaccins de Johnson & Johnson, Moderna et Pfizer.

Ainsi, près de 19 de ces 25 millions de doses passeront par COVAX et seront distribuées comme suit : 6 millions pour l'Amérique du Sud et centrale, 7 millions pour l'Asie, et 5 millions pour l'Afrique.

Les six millions de doses restantes seront directement envoyées à des pays partenaires comme le Mexique, le Canada, l’Égypte, l’Irak et le Yémen.

Généreux avec l'AstraZeneca

Devant l’abondance de vaccins disponibles aux États-Unis alors que d’autres pays peinent à en obtenir, la Maison-Blanche s’est engagée, en avril dernier, à donner 60 millions de doses d’AstraZeneca. Bien que ce vaccin ne soit pas homologué par sa propre administration, des doses ont été produites aux États-Unis et seront distribuées à des pays tiers.

Le président Biden a également annoncé, à la mi-mai, que 20 millions de doses des trois vaccins autorisés par son administration – Pfizer, Moderna et Jansen – seraient ajoutées aux doses d’Astrazeneca.

Nous ne partageons pas ces doses pour nous assurer des faveurs ou forcer à des concessions de la part d'autres pays, a déclaré le président américain Joe Biden dans un communiqué.

Nous partageons ces vaccins pour sauver des vies et mener le monde vers la fin de la pandémie, à la force de notre exemple.

Une citation de :Joe Biden, président des États-Unis

La Maison-Blanche s’est ménagé un droit de regard pour la distribution du quart de ses dons, soit un total de 20 millions de doses, afin de conserver une certaine flexibilité pour les situations urgentes où des pays partenaires font face à des crises, a déclaré le conseiller américain à la Sécurité nationale Jake Sullivan au cours d'une conférence de presse.

Dans les jours à venir, en tirant les leçons de l'expérience de distribution des doses annoncées aujourd'hui, nous donnerons plus de détails sur la façon dont les futures doses seront partagées, a ajouté M. Biden.

Les Canadiens d'abord

À l’instar des États-Unis, le Canada subit des pressions pour fournir des doses de vaccins au programme COVAX. Soulignant que le pays se retrouvera avec un surplus de quelque 100 millions de doses d’ici la fin de l’année, une coalition, dont font notamment partie UNICEF Canada, Vision mondiale, l'Église anglicane et le Conseil canadien des imams, presse Ottawa de faire immédiatement des dons au programme international de partage.

La ministre Karina Gould à la Chambre des communes.

La ministre Karina Gould souhaite que tous les Canadiens soient complètement vaccinés avant d'envoyer des doses de vaccins au COVAX.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La ministre fédérale du Développement international, Karina Gould, soutient toutefois que le pays ne dispose d’aucun surplus pour l’instant. Ottawa attendra que tous les Canadiens aient reçu leur deuxième dose avant de partager ses vaccins.

Le Canada a plutôt bonifié son engagement financier envers le programme COVAX. Ottawa a doublé son aide financière, qui atteindra 440 millions de dollars, pour que l’alliance mondiale achète des doses de vaccins directement auprès des fabricants.

D'autres pays ont promis de donner des doses de vaccins bien qu’ils n’aient pas atteint un taux de vaccination par habitant aussi élevé que le Canada. Le Japon, la France et l'Allemagne ont promis chacun 30 millions de doses, l'Espagne, 15 millions et la Belgique, 4 millions.

La coalition demande au gouvernement fédéral de donner une dose de vaccin à des pays à faibles revenus pour chaque tranche de 10 doses inoculées à des Canadiens. Ces pays moins bien nantis pourraient ainsi vacciner leurs travailleurs de la santé ou leurs populations vulnérables.

Cela équivaudrait à au moins quatre millions de doses partagées, indique la coalition. Ce geste est également essentiel pour mettre fin à la pandémie. La coalition espère que le Canada profitera du sommet du G7, la semaine prochaine, pour prendre un engagement substantiel au nom de l'équité.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !