•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La saison des fraises est lancée en Estrie

Des fraises dans un panier.

La saison des fraises est bien entamée. (Achives)

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Les premières fraises estriennes font leur apparition dans les kiosques de vente, au grand bonheur des consommateurs.

À la ferme St-Élie, la production qui est bien entamée permet de commencer à vendre des paniers de 3 litres de ces fruits que les producteurs cueillent depuis déjà 8 jours.

Nouvellement propriétaire de la ferme, Andréanne Fiset affirme que cette saison démarre sur les chapeaux de roues. La ferme St-Élie est parmi les premières dans la région à vendre ses fraises.

On a des variétés d'automne qui produisent au printemps. C'est une variété que normalement on aurait sacrifiée après la production à l'automne dernier, mais qu'on a décidé de conserver en sachant que le calibre et la quantité seraient moins élevés, mais que ça nous permettrait d'en avoir plus tôt, explique Andréanne Fiset.

Si les fraises sont disponibles en kiosque, c'est seulement vers la fin du mois de juin que l'autocueillette sera possible quand davantage de plants seront garnis de fruits.

Le gel met des récoltes en péril

D'autres producteurs vivent toutefois un début de saison plus difficile en raison des conditions météo.

C'est le cas des plantations Stéphane Perreault à Val-Joli qui entrevoient une saison des fraises plus difficile. Le gel a sévèrement endommagé les fleurs qui étaient déjà formées sur leurs plants. Il s'agit de la deuxième année consécutive que la ferme subit de tels dommages.

La copropriétaire Sylvie Bolduc souligne que l'évaluation des dégâts est toujours en cours.

« Ça a été une nuit cette fois-ci, mais qui a causé quand même pas mal de dommages. La floraison était très avancée. »

— Une citation de  Sylvie Bolduc, copropriétaires des Plantations Stéphanes Perreault

Les producteurs se rabattent sur la deuxième floraison qui amènera de belles fraises dans les champs, même si la taille des fruits sera plus petite. Ils se réjouissent toutefois qu'un partenariat avec d'autres fermes leur permette d'avoir une belle quantité de fraises à leur kiosque peu importe l'état de leurs récoltes.

D'autres producteurs ont opté pour la protection de leurs cultures avec des toiles pour limiter les dommages. Cette tâche fastidieuse a d'ailleurs été salutaire pour la ferme St-Élie.

L'équipe a travaillé très fort les deux jours précédents pour tout couvrir, ce qui nous a permis d'éviter le pire, indique Andréanne Fiset. Dans leur cas, seuls quelques plants ont été endommagés par le gel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !