•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après le choc, préparer la relance du tourisme en Mauricie

Vue de la rue des Forges, au centre-ville de Trois-Rivières

La rue des Forges, au centre-ville de Trois-Rivières, accueille des dizaines d'événements culturels et touristiques pendant la saison estivale.

Photo : Tourisme Trois-Rivières

Pascale Langlois

Si les entreprises de tourisme de plein air sont sorties grandes gagnantes de la saison estivale 2020, autant en Mauricie qu’à travers la province, les milieux urbains de la région ont connu quant à eux une baisse de 40 % de la fréquentation.

Mais c’est le recrutement de la main-d'œuvre qui retient surtout l’attention. À travers la province, ce sont 40 000 emplois qui sont à pourvoir. Environ 25 % d’entre eux devraient être comblés par le retour d’employés au travail.

Une campagne de promotion est lancée et des incitatifs pour les stagiaires sont mis en place. Certains pourront maintenant recevoir un per diem pour aller travailler en région. Il va falloir être créatifs. Il va falloir que les entreprises le soient, que les paliers de gouvernement le soient, que nous autres on le soit, pour trouver des solutions, énumère le directeur général de Tourisme Mauricie, Stéphane Boileau.

Dans le secteur touristique comme ailleurs, la nécessité de recourir à des travailleurs étrangers se fait de plus en plus sentir. Votre ministre régional Jean Boulet a d’ailleurs parlé des travailleurs temporaires. On sait que c’est une complexité pour les entreprises d’aller chercher cette main-d’œuvre-là, souligne le pdg de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec. Il souhaite que les deux paliers de gouvernement collaborent afin de simplifier les procédures.

Le milieu touristique se prépare à une compétition vive avec la réouverture graduelle des frontières qui devrait se faire au cours des prochains mois. Même si seulement environ 30 % des visiteurs en Mauricie sont étrangers, ce sont eux qui génèrent le plus de revenus.

En attendant, l’Alliance de l’industrie touristique du Québec souhaite demander au gouvernement fédéral la prolongation de certains programmes d’aide afin de continuer de soutenir les secteurs qui ne peuvent atteindre leur pleine capacité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !