•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La saison des allergies est arrivée plus tôt ce printemps, et elle est intense

Une branche avec du pollen dans les airs.

La saison des allergies saisonnières incommode une personne sur cinq.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Les personnes ayant l'impression que les allergies saisonnières sont intenses au printemps cette année ont raison : la saison a débuté trois semaines plus tôt et il y a davantage de pollen dans l'air, selon le professeur au Département des sciences biologiques de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), Alain Paquette.

Des données fournies par les laboratoires Aerobiology Research citées par l'université indiquent que la quantité de pollen dans l'air à Montréal à certains moments aurait été quatre fois plus élevée le mois dernier qu'en mai 2020.

Dans un article publié par l'UQAM, le Pr Paquette ajoute que, mis à part le bouleau, qui est rare dans les villes nord-américaines, on ignore quelles espèces génèrent les pollens les plus allergènes.

Il n'y a qu'un seul capteur de pollens en ce moment dans la région de Montréal. L'équipe du Pr Paquette en a donc installé 24 à différents endroits sur l'île qui généreront des données qui seront analysées pendant trois ans, avec l'objectif à long terme de disposer d'un réseau permanent d'échantillonnage.

Alain Paquette a aussi observé que les changements climatiques augmentent la durée de la saison des allergies de même que la quantité de pollen dans l'air, d'où l'importance d'identifier les espèces d'arbres les plus allergènes.

Il affirme aussi qu'à Montréal, pour ne pas avoir à gérer les fleurs voyantes, les fruits et les graines de certains arbres, dont le pollen, se déplacent peu, on plante de façon disproportionnée des arbres qui produisent du pollen, ce qui en augmente la concentration et amplifie le problème de santé publique.

Le Pr Paquette rappelle que les personnes allergiques ne sont pas au bout de leurs peines : après la longue saison des pollens en cours arriveront ensuite celles des graminées et de l'herbe à poux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !