•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

GNL Québec s’associe à un distributeur gazier allemand

Un plan aérien permet de voir où prendrait place le projet de GNL Québec.

Un plan aérien du projet de GNL Québec

Photo : Radio-Canada

Flavie Villeneuve

GNL Québec confirme une entente avec le distributeur gazier allemand Hanseatic Energy Hub. La nouvelle est encourageante pour le promoteur qui avait reçu un rapport défavorable du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Ce partenariat entre une entreprise canadienne et une entreprise allemande prévoit la mise en place d’une chaîne d’approvisionnement à faibles émissions de gaz naturel liquéfié.

Le promoteur du projet de construction d’un complexe de liquéfaction de gaz naturel à Saguenay pourrait vendre une partie de sa production au pays européen actuellement très dépendant du charbon.

Dans un communiqué envoyé par GNL Québec, il est stipulé que les deux entreprises ont convenu d’élaborer conjointement des normes et des processus pour l’importation de GNL provenant du terminal d’exportation neutre en carbone d’Énergie Saguenay de GNL Québec, au Canada, au terminal de regazéification neutre en carbone de Hanseatic Energy Hub à Stade, près de Hambourg, en Allemagne.

Le président de GNL Québec, Tony Le Verger, et le directeur général et actionnaire de Hanseatic Energy Hub, Manfred Schubert, ont déclaré que les deux entreprises partagent une mission, une vision et des valeurs communes favorisant l’accélération de la transition énergétique et la lutte contre les changements climatiques.

Tony Le Verger indique dans ce même communiqué que ce partenariat stratégique aidera GNL Québec à atteindre ses objectifs de réduction des émissions de GES à l’échelle mondiale.

Même si le rapport du BAPE n’a pas été en faveur du promoteur, il ne signifiait pas pour autant la fin du projet. GNL Québec devait refaire ses devoirs. Le ministre de l'Environnement, Benoit Charette, se prononcera au cours de l’été à ce sujet.

Le promoteur doit satisfaire à trois conditions : trouver l'acceptabilité sociale, favoriser la transition énergétique et diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

Richard Martel salue le travail de GNL Québec

Le député conservateur dans Chicoutimi-le-Fjord, Richard Martel se réjouit de l’annonce de GNL Québec. L'homme politique a toujours soutenu le projet du promoteur.

« Comme je le disais après le rapport du BAPE, il faut laisser le temps à la compagnie de répondre aux conditions du gouvernement. Cette annonce est d’excellent augure. Elle démontre qu’il y a un intérêt pour le gaz naturel liquéfié canadien en Europe. De plus, on comprend que le partenariat vise à réduire la production d’énergie par le charbon ce qui s’inscrit dans une démarche de réduction des GES », a fait valoir Richard Martel, dans un communiqué de presse.

La réplique des bloquistes

Les députés bloquistes Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe ont répliqué par communiqué à la sortie de leur homologue conservateur Richard Martel. Ils l'accusent de se mêler d'un dossier qui se décidera à Québec. Non seulement le gouvernement Legault ne prendra pas position avant la fin du processus d’évaluation environnementale, c’est le BAPE qui a fait son travail et qui a dit que la somme des risques afférents au projet dépasse celle de ses avantages. Je ne comprends pas trop son acharnement à nous attaquer là-dessus alors que c’est à Québec que la décision se prendra, a mentionné le député de Lac-Saint-Jean, Alexis Brunelle-Duceppe. D’un seul coup, Richard Martel essaie de se substituer au BAPE, au gouvernement du Québec et au ministre des Affaires étrangères. C’est assez fort de café et, en allant rencontrer l’ambassadrice allemande, il place sciemment Québec dans une drôle de position , a renchéri le député de Jonquière, Mario Simard.

Des organismes environnementaux sur le qui-vive

Nature Québec, la Coalition Fjord, Greenpeace Canada et Équiterre ont joint leur voix dans un communiqué pour qualifier ce partenariat de show de boucane transatlantique.

Pas de contrat, pas de garantie d’approvisionnement et pas d’entente signée; l’annonce de GNL Québec et des actionnaires du projet allemand Hanseatic Energy Hub n’est qu’une coquille vide. Le ministre Charette ne doit pas se laisser duper par les manigances de GNL Québec, a dénoncé la directrice générale de Nature Québec, Alice-Anne Simard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !