•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell essuie un 5e refus de remise en liberté sous caution

Chargement de l’image

Ghislaine Maxwell a vécu plusieurs années avec le financier Jeffrey Epstein, qui faisait face avant son suicide à des accusations de trafic sexuel.

Photo : Getty Images / Laura Cavanaugh

Associated Press

L'ex-conjointe et collaboratrice de Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell, vient d'essuyer un cinquième refus dans sa tentative d'obtenir une remise en liberté sous caution en attendant son procès.

Elle est accusée d'avoir participé au recrutement de jeunes victimes adolescentes pour les livrer au défunt millionnaire Jeffrey Epstein, qui, lui, était accusé de les agresser sexuellement.

La Cour d'appel des États-Unis pour le deuxième circuit, à Manhattan, a publié une brève décision, mercredi, par laquelle elle rejette la plus récente requête de Mme Maxwell. Le panel de trois juges n'a pas donné d'explications pour justifier sa décision.

Avant cette tentative, la Cour d'appel avait déjà refusé une demande similaire alors que le juge qui préside le procès de Mme Maxwell a opposé lui-même trois refus du même genre.

Lors de la cinquième démarche, la plus récente, les avocats de Ghislaine Maxwell demandaient à la Cour d'appel d'ordonner au minimum au juge de première instance d'accorder une audience pour remise en liberté au cours de laquelle la défense pourrait présenter des preuves. Demande qui a été refusée.

Ghislaine Maxwell, 59 ans, est détenue depuis juillet 2020. Elle a plaidé non coupable à des accusations d'exploitation sexuelle et de complot. On lui reproche d'avoir recruté au moins quatre jeunes filles destinées à être violées par Jeffrey Epstein entre 1994 et 2004.

Son procès, qui devait débuter en juillet, a récemment été repoussé en novembre.

Jeffrey Epstein a mis fin à ses jours alors qu'il se trouvait en détention dans une prison fédérale de Manhattan, en août 2019, alors qu'il devait faire face à des accusations d'exploitation sexuelle.

Les avocats de la défense ont plaidé que leur cliente avait subi de mauvais traitements à la prison fédérale de Brooklyn, allégations contestées par les procureurs.

Selon les conditions proposées par la défense pour encadrer la remise en liberté de Mme Maxwell, une caution de 28,5 millions de dollars versée par la famille et les amis de la prévenue était proposée.

Mme Maxwell s'engageait aussi à demeurer sous surveillance armée 24 heures sur 24 et à porter un bracelet électronique. Elle était aussi prête à renoncer à ses citoyennetés anglaise et française pour ne conserver que la citoyenneté américaine.

Dans un échange de courriels, l'avocat qui représentait Mme Maxwell dans cette démarche d'appel, David Oscar Markus, a soutenu que sa cliente était soumise à des conditions pires que toutes les autres détenues au Centre de détention métropolitain de Brooklyn.

Son avocat estime qu'il est impossible pour sa cliente de se préparer adéquatement à son procès alors qu'elle est réveillée toutes les 15 minutes la nuit. En raison du geste posé par Jeffrey Epstein, qui a mis fin à ses jours en prison, son ex-collaboratrice est soumise à une surveillance étroite.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.