•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau plan de construction pour la ligne verte de Calgary

Simulation d'une station de la ligne verte à Calgary.

Des défis techniques qui auraient fait exploser le budget initial ont obligé des changements dans le tracé de la ligne verte.

Photo : Ville de Calgary

Radio-Canada

Le conseil d'administration qui supervise la construction de la ligne verte de Calgary annonce que la portion du train léger qui relie le sud-est de la ville au centre-ville sera construite d’un seul coup au lieu d’être divisée en différents segments.

[Ce plan] permettra de relier le sud-est au centre-ville et d’établir une connexion aux lignes rouge et bleue, déjà existantes, durant la première phase [de construction], explique Wendy Tynan, la responsable des relations avec les intervenants pour le projet de la ligne verte.

Si les coûts n’augmentent pas et que d’autres risques ne se matérialisent pas durant la première phase, le conseil d'administration procédera à la construction à partir du quartier Eau Claire jusqu’à la 16e Avenue, ajoute-t-elle.

Carte du tracé la ligne verte.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cette carte montre le trajet révisé de la ligne verte du train léger sur rail de Calgary, avec les futures extensions proposées à travers le nord de Calgary

Photo : Ville de Calgary (notre traduction)

Plan controversé

Ce changement survient après des mois de négociations avec la province, laquelle s’inquiétait de la manière dont la stratégie d’approvisionnement du projet était structurée. Le gouvernement albertain avait d’ailleurs forcé l’arrêt temporaire du projet afin d’évaluer le plan de la Ville.

Au départ, la première phase du projet, dont la construction était censée commencer cet été, devait être divisée en trois segments avec des contrats de construction séparés. Le premier segment devait s’étendre de la station Shepard, dans le sud-est de la ville, à la station Inglewood/Ramsay.

La Ville soutenait que de diviser les contrats pour chaque segment permettrait de faire des économies et d’augmenter le nombre d’entreprises, dont certaines locales, pouvant soumettre des offres.

Le ministre provincial des Transports, Ric McIver, a cependant qualifié le segment de ligne de train n’allant nulle part parce qu’il n’était pas connecté au centre-ville.

Le maire de Calgary, Naheed Nenshi, affirme qu’il ne veut pas ressasser le passé, mais se concentrer sur le fait que le projet franchit un nouveau cap.

La Ville pensait qu’elle aurait intérêt à diviser [la construction] en segments plus petits afin qu’il y ait davantage de concurrence pour chacun de ces projets et que des entreprises plus petites et locales peuvent être plus impliquées, explique-t-il.

Cela a toutefois engendré un peu de risques liés à la complétion du projet puisqu’il fallait s’assurer que les différents tronçons s’imbriquent les uns aux autres, ajoute-t-il.

Augmentation des coûts

Le conseiller municipal Shane Keating, qui défend le projet depuis longtemps, affirme que la seule différence réelle avec cette annonce est que les coûts du projet sont plus élevés en raison des délais et de l’impact de la pandémie sur la chaîne d’approvisionnement.

Je dirais que l’impact du Parti conservateur uni (PCU) n’a été que d’augmenter les coûts de construction de la ligne verte, ce que nous essayons d’éviter depuis le début, dit-il.

Il estime que cela pourrait prendre au minimum un an et demi à deux ans avant que la construction de cette portion du train léger ne puisse commencer.

Le président du conseil d'administration de la ligne verte, Don Fairbairn, ne sait pas quels seront les délais, mais la Ville indique que la construction est retardée au moins jusqu’à 2022.

M. Fairbairn dit que construire toute la portion qui relie le sud-est de la ville au centre-ville en un seul segment permettra de mieux estimer les coûts de construction, lesquels ont déjà augmenté de 100 millions de dollars.

Approbation du provincial et du fédéral

Le nouveau plan de construction a été présenté à la province le 28 mai. S’il est approuvé, le gouvernement le présentera à Ottawa, qui finance une partie du projet.

Je pense qu’il s’agit d’une opportunité pour le premier ministre Jason Kenney de signer, sceller et de livrer la ligne verte aux Calgariens, affirme le président du Groupe LRT on the Green Jeff Binks.

Don Fairbairn dit quant à lui avoir confiance que le nouveau plan sera approuvé par la province.

Nous avons une entente avec la province selon laquelle ce processus d’approvisionnement est acceptable pour elle, et plus important encore, pour nous, dit-il.

Le coût de construction de la ligne verte est estimé à 5,5 milliards de dollars. Le projet est financé par la Ville de Calgary, le gouvernement de l'Alberta et Ottawa.

Avec les informations de Drew Anderson et Scott Dippel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !