•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Musée d’art contemporain de Montréal s’apprête à déménager

Dessin d'un musée avec de larges baies vitrées.

Les travaux de transformation du MAC s’étaleront sur 24 à 28 mois.

Photo : Saucier+Perrotte Architectes / GLCRM & Associés Architectes

Radio-Canada

Le Musée d’art contemporain (MAC) de Montréal s’apprête à déménager temporairement ses œuvres à la Place Ville Marie afin de laisser la place à de vastes travaux de transformation.

Le déménagement du musée, qui commencera le 28 juin, n’est pas une mince affaire : environ 8200 œuvres devront être déplacées. On ne peut pas simplement enlever une œuvre et la mettre dans un autre espace. Il faut créer tout un nouveau rayonnage [...], comprendre où on les met pour pouvoir les localiser très facilement, explique John Zeppetelli, directeur du MAC, en entrevue avec la chroniqueuse culturelle Eugénie Lépine-Blondeau pour l’émission Tout un matin.

Les travaux prévus s’étaleront sur 24 à 28 mois et commenceront cet été. Le musée devra ensuite apprivoiser ses nouveaux espaces avant de pouvoir accueillir à nouveau le public en 2025.

Une exposition inaugurale consacrée à la chorégraphe et danseuse Marie Chouinard est déjà prévue pour cette réouverture. On va célébrer sa carrière fantastique et inspirante, indique John Zeppetelli.

Les prochains mois du MAC

Le musée montréalais est toujours accessible au grand public, notamment les quatre salles vouées aux collections du MAC.

C’est à partir de novembre que les visiteurs et visiteuses pourront découvrir le MAC dans son emplacement temporaire de la Place Ville Marie. Pour l’occasion, une exposition du groupe de recherche londonien Forensic Architecture est prévue.

[Forensic Architecture pratique] un art hybride entre l’activisme, l’architecture, le design et l’installation. Ce sont des enquêteurs qui travaillent sur des abus et des violations des droits humains, précise le directeur du MAC.

Pour l’exposition présentée au MAC, Forensic Architecture a travaillé avec Laura Poitras, la cinéaste oscarisée pour Citizen Four, le documentaire sur Edward Snowden.

Le numérique fait sa place

Une programmation numérique est également prévue pour l’automne. Des rencontres avec des artistes, des conversations par visioconférence ainsi qu’un cours d’histoire de l’art contemporain seront entre autres offerts.

Ces initiatives visent à rendre l’art contemporain plus accessible au commun des mortels, mais aussi de rejoindre un public plus large. Le numérique est là pour rester, mentionne John Zeppetelli.

Avec les informations d'Eugénie Lépine-Blondeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !