•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Le bâtiment du Centre canadien de protection de l'enfance, à Winnipeg.

Le bâtiment du Centre canadien de protection de l'enfance, situé à Winnipeg, est un ancien pensionnat autochtone.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Saviez-vous que le Manitoba a eu près d'une vingtaine de pensionnats autochtones sur son territoire au cours de l’histoire? Certains se trouvaient dans des régions éloignées, mais d’autres se situaient au sein même de Winnipeg, la capitale provinciale.

L'horreur des pensionnats autochtones a été ravivée la semaine dernière après la découverte des restes de 215 enfants enterrés sur le site d'un ancien pensionnat autochtone à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Entre 1888 et 1988, le Manitoba a eu 17 pensionnats autochtones, selon le Rapport final de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Le premier à ouvrir ses portes était celui de Birtle, un village situé dans l’ouest de la province, à seulement 20 km de Saint-Lazare. Celui de Dauphin a été le dernier à fermer, 100 ans plus tard, en 1988.

Au Canada, les premières écoles administrées par des communautés religieuses et destinées aux Autochtones ont ouvert dans les années 1830, mais l’implication du gouvernement fédéral dans les pensionnats ne commence pas officiellement avant les années 1880.

Le bâtiment du Centre canadien de protection de l'enfance, à Winnipeg.

Des peluches ont été déposées à l'entrée du Centre canadien de protection de l'enfance, à Winnipeg. Le bâtiment a autrefois abrité un pensionnat autochtone.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Ces établissements ont été décrits comme faisant partie intégrante d’une politique délibérée de génocide culturel, affirmait le rapport de la Commission de vérité et réconciliation.

Le nombre de pensionnats n’a cessé d’augmenter jusqu’au milieu des années 1960, avant de fortement décroître. Le dernier, situé en Saskatchewan, a fermé en 1996.

Des pensionnats partout dans la province

Au Manitoba, 14 pensionnats existaient officiellement et étaient inclus dans la Convention de règlement relative aux pensionnats autochtones, selon les documents de la Commission de vérité et réconciliation. Outre Birtle et Dauphin, on trouvait des pensionnats à Brandon, à Churchill, à Cross Lake, à Portage la Prairie, à Winnipeg, à Elkhorn, à Pine Falls, à Fort Alexander, à Norway House et à Le Pas. Cette liste n’est cependant pas exhaustive.

Néanmoins, trois autres pensionnats mentionnés dans les rapports annuels du ministère des Affaires indiennes, mais qui ne figurent pas dans la Convention de règlement relative aux pensionnats autochtones, existaient. Ils étaient situés à Middlechurch, à Saint-Boniface et à Waterhen.

Traces disparues

La plupart des pensionnats au Manitoba ont été construits avant 1900 ou au tout début du 20e siècle. Cependant, plusieurs ont ouvert dans les années 1950-1960. D’autres ont été fermés pendant un certain temps, avant de rouvrir plusieurs années plus tard. C’est le cas du pensionnat d’Elkhorn, qui a accueilli des enfants entre 1889 et 1918, avant de rouvrir en 1923. Il a définitivement fermé ses portes en 1949.

Par ailleurs, presque tous ces pensionnats étaient confessionnels. Presbytérienne, méthodiste, Église unie, catholique, anglicane… C’est comme si chaque religion avait tenté d'asseoir son pouvoir dans son coin de pays avec ses écoles. Au Manitoba, seul le pensionnat de Churchill n’était pas confessionnel, selon le rapport de la Commission de vérité et réconciliation.

Aujourd’hui, la plupart des écoles, qui étaient souvent en mauvais état, ont disparu. C’est le cas, par exemple, du pensionnat de Brandon, qui a fonctionné jusqu’en 1972. Le bâtiment, abandonné, est resté debout jusqu’en août 2000, soit pendant 28 ans, avant d’être démoli, selon la Manitoba Historical Society.

D’autres, par contre, sont toujours debout, et les personnes qui habitent dans le secteur ne savent pas toujours que le bâtiment qu’elles voient tous les jours est un ancien pensionnat autochtone ayant accueilli des centaines d’enfants.

C’est le cas du pensionnat de Winnipeg. Situé rue Academy, qui sépare les quartiers cossus de River Height et Wellington Crescent, il abrite maintenant le Centre canadien de protection de l’enfance.

Un soutien est offert à toute personne touchée par les effets persistants des pensionnats autochtones et à ceux déclenchés par les récentes découvertes. L'Indian Residential School Survivors Society peut être contactée sans frais, au 1 800 721-0066.

Une ligne de crise nationale pour les pensionnats autochtones a été mise en place pour fournir du soutien aux anciens élèves et aux personnes touchées. On peut accéder aux services de soutien psychologiques de crise en appelant la ligne de crise nationale 24 heures sur 24, au 1 866 925-4419.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !