•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les merveilleuses, de Julie Huard

Elle sourit à la caméra.

Julie Huard est en lice pour le Prix du récit Radio-Canada 2021.

Photo : Mathieu Girard, Studio Versa

Radio-Canada

Julie Huard fait partie des 23 auteurs et autrices en lice pour le Prix du récit Radio-Canada 2021.

Qui suis-je?

Écrivaine d’abord, je porte aussi les chapeaux d’animatrice, de reporter-réalisatrice, de photographe et de voyageuse. J’ai publié trois recueils de poésie, codirigé trois collectifs (poésie, contes, nouvelles) et participé à de nombreux événements littéraires, et mon dernier ouvrage, intitulé Paysâmes et miroirs du monde (publié aux Éditions David d’Ottawa), rassemble récits de voyage et photographies. Il a remporté le prix Coup de cœur aux Culturiades 2016 de Gatineau et m’a permis ensuite d’être invitée à la Foire internationale du livre d’Haïti ainsi qu’à Conakry, capitale mondiale du livre. À l’automne 2019, j’ai eu le plaisir d’avoir été nommée écrivaine en résidence dans ma propre ville, à la bibliothèque municipale de Gatineau.

Mon récit en quelques mots

C’est l’histoire d’une fille de l’Outaouais qui vient de perdre sa mère et d’un gars d’Haïti en grand deuil de la sienne. Elle écrit à cet ami haïtien le trou béant qu’elle a dans le corps, elle lui raconte la férocité de la mort et l’incomparable amour qu’elle avait pour la femme de sa vie. Mais l’ami ne lui répondra pas. Jamais. Pas un mot. Alors, elle lui inventera des réponses, des émotions, des tremblements de cœur de gars, et autour d’eux se tissera, inévitablement, un hommage à toutes les mères.

Ma source d’inspiration pour ce texte

Peu importe notre couleur, notre sexe ou notre lieu de naissance, nous venons tous et toutes du ventre d’une mère, cette chair première qui nous forge le cœur. La puissance du lien maternel me fascine autant que la violence de la mort. Toute la vie, j’ai adoré ma mère. Toute la vie, mon ami haïtien a adoré la sienne. Comment traverser le mur opaque de la mort lorsqu’elle arrive? Nos peines se touchent-elles? Nos sentiments sont-ils féminins, masculins, noirs ou blancs? Se confondent-ils? Comment faire un nid à l’amour quand le corps, la voix et l’esprit de l’être aimé ne sont plus? Ce sont là quelques pistes de réflexion et d’inspiration poursuivies dans Les merveilleuses.

Les premières lignes de mon récit

Évains?
Tu es là, au bout de mes doigts?
Je t’en supplie, sois là.
Ma mère est morte cette nuit.
Je suis trouée.
Rasée comme un désert.
J’aimerais sangloter dans un cou d’homme. Mais je n’en ai pas. Rien à mordre, rien à agripper. Aucun bras dans lesquels me perdre ou m’enserrer pour diluer son absence brûlante.

Une citation de :Extrait de Les merveilleuses, de Julie Huard

Véritable tremplin pour les écrivaines et les écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs poèmes, nouvelles et récits inédits soumis au concours.

La gagnante ou le gagnant remportera :

  • la publication de son texte sur Radio-Canada.ca;
  • une résidence d'écriture de deux semaines au Centre des arts de Banff, en Alberta;
  • une bourse de 6000 $, offerte par le Conseil des arts du Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !