•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 250 000 $ pour la recherche sur le cancer pédiatrique à Sherbrooke

Un homme tient la main d'un enfant couché sur un lit d'hôpital et branché à un soluté.

Des dizaines de projets seront financés grâce à ce don.

Photo : Shutterstock/A3pfamily

Radio-Canada

La Fondation Charles-Bruneau offrira 246 410 dollars au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) au cours des deux prochaines années pour financer des recherches en oncologie pédiatrique.

Cette aide s'inscrit dans le cadre d'un investissement de 25 millions $ sur cinq ans effectué par la fondation pour lutter contre le cancer pédiatrique au Québec. Le reste du financement est attribué au CHU de Sainte-Justine (plus de 11 millions), le CHU de Québec - Université Laval (près de 9 millions) et l'Hôpital de Montréal pour enfants (5,5, millions).

C’est effectivement grâce au soutien de la Fondation Charles-Bruneau depuis 2014, couplé évidemment à celui de notre institution et de notre fondation, que nous avons pu consolider notre équipe clinique et éventuellement notre équipe de recherche. [...] C’est phénoménal. Nous sommes passés d’un hémato-oncologue à trois et bientôt quatre, souligne la chef du Service d'hémato-oncologie pédiatrique au CHUS, Dre Josée Brossard.

Notre grande fierté, c'est qu'on a réussi, dans les quatre centres hospitaliers universitaires de la province, à offrir à tous les enfants les meilleures chances de guérison, les mêmes chances de guérison [...] Ça va permettre à des équipes de faire front commun sur tous les fronts, a indiqué le fondateur et porte-parole de la Fondation Charles-Bruneau, Pierre Bruneau.

À l'époque, Charles avait 30 % de chances de survie. Aujourd'hui, on est rendus à 80 %. [...] Si on continue à se battre, c'est qu'on a espoir de briser le plafond de verre. Il reste un 20 % à éliminer, il faut travailler fort.

Une citation de :Pierre Bruneau, fondateur et porte-parole de la Fondation Charles-Bruneau

Trois projets d'envergure dans la région

En Estrie, ce don permettra entre autres de consolider le poste de la pharmacienne spécialisée en oncologie pédiatrique Gabrielle Ferland, dont le rôle est dédié à l’aspect pharmacologique de la recherche. Celle-ci contribuera à rendre plus accessibles et plus rapides les essais cliniques chez les familles et les patients.

La façade du CHUS-Fleurimont

Gabrielle Ferland travaillera entre autres auprès du consortium américain Children’s Oncology Group.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Des plus, des sommes serviront à appuyer l'équipe de chercheurs, qui s'affairera à fabriquer et à expédier le traceur DOTA-TATE, qui détecte et traite les neuroblastomes (cancer qui prend naissance dans les cellules nerveuses) chez les enfants, adolescents et jeunes adultes. Cette étude est dirigée par le nucléiste Dr Étienne Rousseau.

On en est très fiers, on peut maintenant commencer à rêver à initier et développer nous-mêmes, localement, des projets de recherches. C'est le cas de notre équipe en médecine nucléaire, qui a développé ce projet. [...] C'est une étude pilote qu'on espère étendre aux trois autres centres hospitaliers universitaires, pour en faire un projet provincial, explique Dre Brossard.

Enfin, du financement servira pour une troisième initiative, cette fois en lien avec la coordination de la médecine de précision. Le CRCHUS s'associe au projet Signature, initié par le CHU de Sainte-Justine, pour une étude qui vise à analyser les tumeurs cancéreuses chez les patients d'oncologie pédiatrique du Québec. Elle pourrait permettre aux patients de recevoir un traitement personnalisé à leurs conditions de santé d'ici quelques années.

On parle beaucoup des bénéfices directs de la lutte, mais il y a aussi les bénéfices indirects. Chaque fois qu’on guérit un enfant du cancer, on libère toutes ses ambitions et on libère une vie pleine et entière.

Une citation de :Dr André Carpentier, directeur du CRCHUS

Au-delà de l'impact réel dans nos milieux pour faire avancer les connaissances et améliorer le sort des enfants, c'est toute la société qu'on traite et qu'on améliore, a ajouté le Dr Carpentier.

La pandémie fait la vie dure aux hôpitaux

Au cours de la dernière année, la pandémie de COVID-19 a rendu la recherche et les activités cliniques en hémato-oncologie pédiatrique très difficiles.

On a pris 6 mois de retard à peu près, et de ce que j’entends des collègues ailleurs, c’est à peu près dans cette zone-là, mentionne le chef du Service d’hématologie-oncologie au CHU de Sainte-Justine, Dr Michel Duval.

La pandémie n'a pas épargné la Fondation Charles-Bruneau, qui a dû surmonter tout un tas de défi pour amasser de l'argent.

L’argent n’est pas entré aussi facilement que par les années précédentes, quoique ça n’entre jamais facilement, mais on a pu compter sur des économies qui avaient été accumulées lors des dernières années pour financer le projet, affirme Pierre Bruneau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !