•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Cette défaite est la plus douloureuse de toutes » : les Leafs font leur bilan

Auston Matthews et Mitch Marner donnent la main à Carey Price et Corey Perry, du Canadien, après leur élimination.

Le Canadien a effacé un retard de 1-3 pour éliminer les Maple Leafs en sept matchs au premier tour.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Les joueurs des Maple Leafs de Toronto s'expliquent encore mal comment ils ont échoué une nouvelle fois dans leur tentative de gagner une première série depuis 2004. Une douzaine d'entre eux ont pris la parole, mercredi, pour faire le bilan de leur saison.

Il faut qu'on apprenne à clore une série, a lâché Morgan Rielly.

C'est définitivement la plus douloureuse défaite de toutes celles qu'on a subies, a aussi dit l'attaquant Zach Hyman.

Aux dires des représentants de la Ville Reine, les Maple Leafs ont bousillé la plus belle saison qu'ils aient faite ces dernières années. Toronto n'a pas seulement perdu au premier tour des séries pour la cinquième fois de suite, elle a aussi échappé une avance de 3-1 qu'elle s'était bâtie contre le Canadien de Montréal, qui l'a finalement évincée du tableau éliminatoire en sept matchs.

Les équipes qui vont le plus loin [en séries] jouent le plus dur. Il nous faut apprendre de cela, a souligné le défenseur Jake Muzzin qui manquait de mots pour expliquer la performance de son équipe lors des matchs 5, 6 et 7 de cette série.

Cette année, nous avions le talent, la volonté et la détermination, mais nous n'y sommes pas parvenus. C'est toujours les mêmes mots à la fin de l'année et ça craint, a dit l'ailier Mitch Marner.

Nous sommes tellement déçus parce que nous avions une si grande confiance en nous-mêmes... Ça fait mal de ne pas avoir été à la hauteur de nos propres attentes. Nous voulons tous être meilleurs. L'objectif final ici est toujours de gagner.

Une citation de :Mitch Marner, attaquant des Maple Leafs

Pas question de déroger du plan

Brendan Shanahan et Kyle Dubas discutent lors d'un entraînement des Maple Leafs.

Le président des Maple Leafs, Brendan Shanahan, et Kyle Dubas, le directeur général de l'équipe.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

La direction des Maple Leafs, elle, pointe du doigt le manque d'instinct de tueur de l'équipe qui a maintenant perdu ses quatre dernières séries lors de matchs ultimes. C'est ce sur quoi elle compte se concentrer cet été lorsqu'elle apportera des changements à la formation, dit le président Brendan Shanahan.

Quoi qu'en pense les amateurs, Shanahan et le directeur général Kyle Dubas n'ont toutefois pas l'intention de démanteler leur Big 4, ce groupe d'attaquants constitué d'Auston Matthews, John Tavares, Mitch Marner et William Nylander auxquels Toronto dédie annuellement la moitié de sa masse salariale de 81,5 millions $.

Je pense que toutes les équipes de la LNH aimeraient avoir l'un d'eux, mais on les aime tous. On les veut ici. Ce sont des joueurs spéciaux. Ils sont tous profondément attachés à l'idée de gagner à Toronto, a dit Shanahan mercredi.

Nous allons réussir à Toronto avec ce groupe. Des changements seront apportés, des ajustements seront à faire, l'équipe va évoluer, mais nous allons y arriver.

Une citation de :Brendan Shanahan, président des Maple Leafs

Nous avons tiré des leçons douloureuses ici au fil des ans, et les leçons sont répétées jusqu'à ce qu'elles soient apprises, et je pense que nous en arrivons à ce point maintenant, a fait remarquer Dubas qui croit aussi que Toronto sortira bientôt de sa torpeur en séries.

Le dg des Maple Leafs croit qu'il serait stupide de l'équipe d'échanger Auston Matthews ou Mitch Marner parce que la rondelle n'est pas entrée dans le filet en séries. Ce sont d'excellents jeunes joueurs et on sait de quoi ils sont capables.

Marner, entre autres, a étiré sa disette sans marquer de but en séries à 18 matchs cette année. Il a fait l'objet de virulentes critiques sur les médias sociaux, notamment.

Reviendra, reviendra pas?

Frederik Andersen effectue un arrêt de routine lors d'un match des Maple Leafs contre les Sénateurs d'Ottawa.

Le gardien Frederik Andersen n'a disputé qu'un match avec les Maple Leafs depuis le 19 mars.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Le bilan de fin de saison est aussi le moment pour les joueurs en fin de contrat de faire part de leurs souhaits pour la saison morte qui les attend. Du lot, le gardien Frederik Andersen a été plutôt évasif sur son désir de prolonger son aventure avec les Maple Leafs après cinq ans à Toronto.

J'ai vraiment apprécié mon temps ici. Dans l'ensemble, je vais définitivement garder de bons souvenirs de ces cinq années ici. Quant au futur, je ne sais pas ce qu'il me réserve [...] Je veux parler à Kyle [Dubas] d'abord et voir où il en est. Je ne veux pas me projeter plus loin que cette conversation. On doit voir ce qui a le plus de sens pour les deux parties, a répondu le gardien lorsque questionné sur son avenir.

Andersen a connu une dernière campagne difficile, ratant près de deux mois d'activités à la toute fin du calendrier régulier après avoir révélé qu'il était blessé. En 24 matchs, il n'a compilé que 13 victoires. Sa moyenne de buts alloués de 2,96 et son pourcentage d'arrêts de .895 ont été les pires de sa carrière.

J'ai joué plus longtemps que j'aurais dû [en étant blessé]. Je sais à quel point je peux être bon. J'ai encore mes habiletés.

Le Danois touchait cinq millions de dollars cette saison, une somme qui pourrait entre autres servir à retenir les services de Zach Hyman, qui deviendra aussi joueur autonome.

Je n'ai pas parlé à Kyle encore. Je ne pense pas que qui que ce soit avait prévu que notre saison prendrait fin aussi abruptement. Je n'ai honnêtement pas eu le temps de penser [à mon avenir]. Je digère encore ce qui s'est produit. C'est déchirant, a indiqué l'attaquant torontois en matinée, précisant toutefois qu'il est ouvert à enfiler l'uniforme bleu et blanc de nouveau.

Wayne Simmonds et Jason Spezza se sont aussi dits ouverts à un retour avec les Leafs. Les deux avaient signé des contrats d'un an l'été dernier. On sent qu'il y a un travail inachevé, a dit Spezza.

Joe Thornton, le deuxième plus vieux joueur actif de la LNH à 41 ans, a dit qu'il prendra le temps de songer à son avenir. Il a dit vouloir se concentrer sur ses responsabilités de père cet été.

Nick Foligno, qui sera aussi libre de choisir sa prochaine destination en juillet, n'a pas rencontré les journalistes, mercredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !