•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rémunération des médecins : des lacunes persistent, dit la VG du Québec

 Mme Guylaine Leclerc en conférence de presse.

Conférence de presse de Mme Guylaine Leclerc, vérificatrice générale

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Absence de suivi, complexité persistante des ententes de rémunération, aides gouvernementales octroyées mais inutilisées... La gestion de la rémunération des médecins continue d’être défaillante, surtout au chapitre des économies à réaliser, conclut la vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc, dans son rapport rendu public mercredi matin.

Les économies rapportées jusqu’alors restent bien loin des cibles prévues, au point de compromettre l’objectif initial de 450 millions de dollars à dégager en pertinence d'ici à 2023. Dans les faits, ce ne sont que 6,1 millions de dollars d’économies récurrentes, soit 9 % de la cible, qui ont été réalisées.

Il faudrait donc parvenir à dégager 338 millions de dollars d’économies au cours des deux prochaines années pour respecter les objectifs fixés, analyse Mme Leclerc, qui craint que ceux-ci ne puissent être atteints.

En d’autres termes, la refonte que devaient faire les médecins spécialistes dans leurs primes et actes rémunérés superflus a été beaucoup moins efficace que prévu, et ce, malgré les aides octroyées pour y parvenir.

Des ententes complexes

La vérificatrice générale constate que les ententes de rémunération des médecins sont demeurées aussi complexes qu’en 2015, ce qui nuit à la gestion efficace de la rémunération, alerte-t-elle.

Selon le rapport, pour la période 2015-2020, plus d’un milliard de dollars débloqués pour la rémunération des médecins n’ont pas été dépensés, et ce, sans que le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) ne convienne de la part devant demeurer disponible pour la rémunération des médecins et de celle représentant des économies pouvant par exemple être réinvesties dans le système de santé, signale la vérificatrice générale.

Il a parfois fallu plus de cinq ans de négociation pour la révision d’un code de facturation qui, de surcroît, est toujours en vigueur, dénonce également le rapport en citant comme exemple l'oxygénation extracorporelle.

Impact de la pandémie

Publié à la suite d'un audit indépendant, le rapport recommande notamment une révision des modalités de rémunération ainsi que des codes de facturation, mais aussi un suivi rigoureux des économies identifiées.

En 2019-2020, les coûts liés à la rémunération des médecins a atteint plus de 7 milliards de dollars.

En considérant l'impact de la pandémie, le rapport de la vérificatrice générale prévoit que le MSSS aura d’autant plus intérêt à réaliser un suivi rigoureux des enveloppes budgétaires.

Il anticipe un rattrapage des soins, dans les années à venir, en raison du délestage de certaines activités, ce qui risquerait d’entraîner une augmentation des dépenses de rémunération des médecins, et ainsi de générer le dépassement des enveloppes budgétaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...