•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les serres Demers sous surveillance « depuis plusieurs mois », selon Marie-Claude Bibeau

Des serres avec des légumes.

Les Productions horticoles Demers étaient sous surveillance depuis plusieurs mois, selon Marie-Claude Bibeau.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Radio-Canada

Les Productions horticoles Demers étaient sous surveillance depuis plusieurs mois, a admis la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire Marie-Claude Bibeau en entrevue à Radio-Canada.

À la suite d'un reportage d’ICI Estrie, qui a révélé que des employés étrangers temporaires de l’entreprise dénonçaient des conditions de vie déplorables, la ministre avait mentionné qu'elle jugeait la situation inacceptable, et que les mesures devaient être resserrées davantage.

En entrevue, mardi, elle a dénoncé de nouveau la situation et admis qu'Ottawa était au courant.

Je veux confirmer que l’entreprise est sous surveillance depuis un certain temps.

Une citation de :Marie-Claude Bibeau, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire
Marie-Claude Bibeau, en conférence de presse.

Les Productions horticoles Demers étaient sous surveillance depuis plusieurs mois, selon Marie-Claude Bibeau. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Selon elle, dans ce genre de situation, le gouvernement procède par gradation des sanctions. Les entreprises commencent par recevoir plusieurs avertissements, et si les travaux ne sont pas réalisés très rapidement, on passe aux amendes financières.

Mme Bibeau indique que ces amendes peuvent s'élever à 100 000 $. Une entreprise qui ne rectifie pas le tir peut aussi perdre son droit de faire appel au programme de travailleurs étrangers, ce qui serait dramatique pour une entreprise comme ça.

Les Productions horticoles Demers ont déjà reçu des avis, et sont rendues à l’étape des amendes, souligne Mme Bibeau. Elle ignore toutefois l’échéancier que le gouvernement avait donné à l’entreprise pour mieux loger ses travailleurs.

On en était encore aux avertissements, mais la prochaine étape va être beaucoup moins drôle.

Une citation de :Marie-Claude Bibeau, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire

Lundi, le pdg de l’entreprise Jacques Demers avait dit être « attristé » d'apprendre les conditions de vie de ses travailleurs étrangers, et avait indiqué que des travaux avaient été entrepris depuis la visite de Radio-Canada en avril.

Je lui conseille de parler à ses gestionnaires, car ils sont très au courant [des problèmes de logement], rétorque cependant Marie-Claude Bibeau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !