•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre Dominic Cardy veut décentraliser les districts scolaires au N.-B.

Des crayons dans une salle de classe vide.

Le ministre devra toutefois respecter les droits de la minorité linguistique.

Photo : CBC/David Donnelly

Radio-Canada

Le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick, Dominic Cardy, envisage de décentraliser les conseils d’éducation et les districts scolaires.

Clairement que si on regarde pour un processus de décentralisation pour les CED, ça va être aussi un processus de décentralisation pour les districts, a indiqué mardi Dominic Cardy.

Mon but est toujours d’assurer une décentralisation et de donner encore plus de pouvoir aux communautés et les écoles dans les communautés partout dans la province.

Une citation de :Dominic Cardy, ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick

Il assure toutefois qu’il restera toujours au moins un district scolaire francophone et un district scolaire anglophone.

Il assure qu'il respectera les droits de la minorité linguistique.

Au niveau des districts, le ministre souhaite donner plus de pouvoirs aux directeurs d’école.

Un modèle que j’ai discuté à quelques reprises, c’est d’avoir les familles des écoles, par exemple, une école secondaire liée aux écoles primaires, illustre Dominic Cardy. Ce serait une manière d’assurer qu’il y a les liens entre les écoles, pas seulement pour la gouvernance, mais aussi pour les directions de l’école.

Certaines tâches qui relèvent des districts actuels pourraient quant à elles être centralisées.

Gérer le système de transport scolaire, les autres choses comme ça, la gestion des systèmes des ressources humaines. Trouver la manière la plus efficace de le faire. On ne peut pas... Pas besoin d'être pris dans les modèles qui étaient là pour des décennies, affirme M. Cardy.

Des détails à venir

Pour le moment, le ministre souligne que des consultations se poursuivent et qu’aucune décision n’a été prise.

La seule chose que je peux dire aujourd’hui, [c’est] que l’on n’a pris aucune décision, a déclaré mardi Dominic Cardy.

Si les CED étaient éliminés, le ministre assure qu’ils seraient remplacés par une nouvelle structure de représentants élus.

Dominic Cardy interviewé.

Dominic Cardy, ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada

On a besoin de renforcer le fait qu’on a besoin d’avoir les voix fortes, puissantes, avec les responsabilités claires pour chaque groupe des écoles, souligne Dominic Cardy.

Puisque les consultations se poursuivent, le ministre ne précise pas ce à quoi ressemblera la future structure du système d’éducation.

Je veux dire clairement que, démocratie, les élus, ça, c'est quelque chose qui est essentiel et primordial. Au moins un district francophone et un district anglophone pour assurer la dualité dans le système d'éducation, ça, c'est aussi primordial, ajoute le ministre Cardy

Le ministre évoque aussi la possibilité d’attribuer certains pouvoirs aux gouvernements locaux.

Tous ces changements devraient être présentés cet automne dans un document de réflexion.

D’après le reportage de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !