•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pensionnats autochtones : « s’excuser n’est pas suffisant », dit Justin Trudeau

Justin Trudeau parle debout à la Chambre des communes.

« Notre pays a manqué à son devoir envers des centaines d’enfants autochtones », a déclaré Justin Trudeau.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

La Chambre des communes a tenu mardi soir un débat exploratoire sur la découverte des restes de 215 enfants sur le site d'un ancien pensionnat autochtone, à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Dans son allocution d’ouverture du débat, le premier ministre Justin Trudeau a souligné que le Canada n'avait pas respecté ses engagements envers les peuples autochtones.

Notre pays a manqué à son devoir envers des centaines d’enfants autochtones, a-t-il dit. On ne peut pas fermer les yeux.

« S'excuser n'est pas suffisant. »

— Une citation de  Le premier ministre Justin Trudeau

M. Trudeau a rappelé que son gouvernement avait consacré 33 millions de dollars à de l'aide destinée aux communautés autochtones.

Le député du Bloc québécois Sébastien Lemire a demandé au premier ministre si cette découverte macabre n’était pas une occasion de revoir la Loi sur les Indiens.

De son côté, le chef conservateur Erin O’Toole a exhorté le gouvernement à accélérer l'application des recommandations 71 à 76 de la Commission de vérité et réconciliation du Canada (sur les enfants disparus et l'inhumation) ainsi que l’adoption du projet de loi C-8 (sur l'inclusion d'une promesse de respecter les droits ancestraux dans le serment de citoyenneté).

Un débat exploratoire permet aux députés de s’exprimer sur une question d’intérêt national, mais aucune motion n’est mise aux voix dans ce cadre. Le débat doit se terminer au bout de quatre heures.

Murray Sinclair, qui a présidé la Commission de vérité et réconciliation du Canada, s’est également exprimé mardi sur sa page Facebook, affirmant que d’autres cas comme celui de Kamloops seront révélés.

Maintenant, nous commençons à voir des preuves des enfants qui sont décédés, a-t-il dit dans une vidéo. Nous savons qu'il y a probablement plus d'endroits semblables à celui de Kamloops qui seront révélés à l'avenir. Nous devons nous y préparer.

Il a par ailleurs réclamé au gouvernement de forcer les congrégations religieuses à dévoiler les documents sur les pensionnats.

Les survivants des pensionnats, y compris les survivants intergénérationnels, ont besoin de comprendre. Ces preuves doivent être mises à la disposition du Canada, pour que le Canada comprenne l'ampleur de ce qui a été fait et ce à quoi il a contribué, et aussi la portée de sa responsabilité, pour qu'il arrête de cacher des documents, a-t-il ajouté.

Trudeau promet des compensations

Pressé par les chefs de l’opposition à la Chambre des communes dans la matinée, le premier ministre Justin Trudeau a promis des compensations aux communautés autochtones.

Nous avons reconnu en tant que gouvernement qu’il va y avoir compensation pour les survivants des écoles résidentielles, il va y avoir des compensations; nous sommes en train de travailler là-dessus avec la communauté pour fixer les bons montants. Nous allons continuer d’être là pour appuyer les communautés autochtones et les individus à travers le pays a-t-il déclaré.

Faut-il mener des fouilles sur le site des pensionnats autochtones?

Dans un communiqué diffusé mardi, le chef national de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, a exhorté le gouvernement fédéral à aider les communautés à retrouver les enfants disparus.

Le gouvernement du Canada doit répondre aux Premières Nations qui demandent de l'aide pour retrouver nos enfants perdus et soutenir nos communautés des Premières Nations en deuil, a-t-il dit.

Il a également souligné le soutien des Canadiens et exigé celui des gouvernements dans la recherche sur les anciens sites des pensionnats.

Nous apprécions profondément le soutien de tant de Canadiens inquiets. J'exige que tous les gouvernements s'engagent à soutenir les Premières Nations qui cherchent à mener des enquêtes approfondies sur les anciens sites des pensionnats et à prendre toutes les mesures disponibles pour tenir les auteurs responsables de leurs actes, a-t-il insisté.

Le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, a assuré aux communautés autochtones que le gouvernement serait à l'écoute de leurs besoins, notamment de services en santé mentale, après cet événement difficile.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !