•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Reines d’Égypte envoûtent le Musée canadien de l’histoire

Néfertari, Néfertiti et Hatchepsout : qui sont ces femmes dont l’empreinte est telle que la civilisation égyptienne du Nouvel Empire leur a réservé un espace de repos éternel bien à elles?

Une sculpture égyptienne d'un buste d'une femme.

Reines d’Égypte propose une incursion dans le quotidien des épouses, mères et filles de pharaons, du harem où elles vivaient il y a 3500 ans.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Radio-Canada

Reines d’Égypte propose une incursion dans le quotidien des épouses, mères et filles de pharaons, du harem où elles vivaient il y a 3500 ans jusqu’à la vallée des Reines, où elles ont reposé entourées de leurs bien les plus précieux. L’exposition est présentée au Musée canadien de l’histoire (MCH) jusqu’au 22 août.

Avec deux semaines de retard, le MCH s’apprête à rouvrir ses portes mercredi matin. Le public pourra finalement y voir cette exposition phare initialement inscrite au calendrier de l'été 2020, mais reportée à quelques reprises à cause de la pandémie.

Les Reines d’Égypte se racontent à travers un peu plus de 300 artefacts incluant des fresques et des objets de grande valeur leur ayant appartenu.

Une sculpture égyptienne.

Les « Reines d’Égypte » se racontent à travers un peu plus de 300 artefacts.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

L’installation présente également d’imposantes statues et des objets funéraires témoignant de l’importance de femmes (Néfertiti, épouse d'Akhenaton, et Hatchepsout, bâtisseuse de l’Égypte ancienne qui a accédé au trône, notamment) ayant eu droit aux mêmes rites de passage vers l’au-delà que les grands rois de l’époque.

Une douzaine de sarcophages, une momie ainsi que la reproduction du tombeau de Néfertari, l’épouse favorite du pharaon Ramsès II, complètent cet hommage à la féminité.

Plusieurs grandes statues égyptiennes le long d'un mur.

L’installation présente également d’imposantes statues et des objets funéraires.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Le public doit se procurer des billets horodatés en ligne pour visiter Reines d’Égypte.

La fermeture des frontières entre le Québec et l’Ontario étant maintenue jusqu’au 16 juin, le Musée canadien de l’histoire mise sur la bonne foi des visiteurs et n’entend pas vérifier les adresses de résidence.

POUR Y ALLER :

Reines d’Égypte
du 2 juin au 29 août
Musée canadien de l’histoire

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !