•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vente de North American Lithium : Pierre Fitzgibbon défend l’entente avec Sayona

La mine North American Lithium de La Corne.

La mine North American Lithium de La Corne (archives)

Photo : North American Lithium

L’entente intervenue entre Investissement Québec et Sayona pour l’acquisition de la mine North American Lithium (NAL) de La Corne fait des mécontents.

Des voix s’élèvent pour dénoncer l’acquisition de cette mine à fort potentiel par une société étrangère, alors que des joueurs québécois étaient dans la course.

En entrevue à l'émission Des matins en or, le ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, Pierre Fitzgibbon, a défendu l'entente, indiquant que l’addition du projet Authier de Sayona, à La Motte, aux installations de North American Lithium, à La Corne, permettrait au projet de connaître du succès.

Il y a une énorme synergie entre les deux projets. North American Lithium en est rendu à son quatrième propriétaire. C’est une industrie qui est à risque et qui est difficile, alors on a besoin de ces synergies, soutient-il.

Gros plan du ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon.

Le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

M. Fitzgibbon souligne que Sayona a respecté toutes les règles du jeu au cours du processus de sélection, sous-entendant que ce ne fut pas le cas pour chacun des autres prétendants.

Il ajoute que la présence d’un partenaire américain aux côtés de Sayona, Piedmont Lithium, a joué un rôle important dans le dénouement de l’entente.

Piedmont, c’est le joueur de lithium aux États-Unis. Sayona, via leur affiliation avec Altura, a déjà opéré des mines de lithium en Australie. On connaît comment c’est important d’avoir une chaîne d’approvisionnement courte avec les États-Unis, énonce-t-il.

Accepter une offre plus basse?

La minière Central America Nickel, basée à Montréal, était également dans la course pour le rachat de North American Lithium.

En entrevue avec La Presse plus tôt cette semaine, son PDG, Pierre Gauthier, a affirmé qu’Investissement Québec avait préféré l’offre de 60 millions de dollars de Sayona plutôt que celle de son entreprise, à 169 millions de dollars. Pierre Fitzgibbon réfute cette affirmation avec véhémence.

C’est faux. M. Gauthier peut dire ce qu’il veut et ses avocats ont écrit des lettres. On va laisser aller le processus et on va laisser le juge décider. C’est un processus très encadré. Les gens qui respectent les règles, généralement, sont ceux qui gagnent le processus.

Une citation de :Pierre Fitzgibbon

Selon Pierre Fitzgibbon, les chiffres de 60 et de 169 millions de dollars rapportés respectivement pour les offres de Sayona et de Central America Nickel ne sont pas exacts.

Tout ce que je peux dire, c’est que c’était des offres comparables, mais il y a d’autres choses que l’offre en tant que telle qui compte. Il y a toutes sortes d’autres considérations. C’est le quatrième essai qu’on a avec NAL, alors moi je n’en veux pas un cinquième, affirme-t-il.

Le Parti québécois réclame une enquête

M. Fitzgibbon insiste sur l’importance d’effectuer la deuxième transformation, soit la transformation du spodumène en hydroxyde de lithium, au Québec.

L’entente avec Sayona oblige cette dernière à produire de l’hydroxyde de lithium au Québec dans un délai de cinq ans, sans quoi une pénalité sera appliquée.

Or, de potentiels acheteurs, comme Central America Nickel, s’engageaient dès le départ à effectuer la deuxième transformation au Québec.

Selon Méganne Perry Mélançon, députée de Gaspé et porte-parole du Parti québécois en matière d’économie, des éléments ont été modifiés dans les termes de l’offre soumise par Sayona en cours de processus afin que cette compagnie soit retenue, plutôt qu’une entreprise québécoise.

Il y a plusieurs contradictions. À l’étude de crédits, le PDG d’Investissement Québec m’avait clairement dit que c’était important pour lui que la transformation soit faite au Québec. On est devant une compagnie qui, au départ, avait des intentions d’aller faire la transformation aux États-Unis, déclare-t-elle.

La députée se demande si les intérêts des Québécois ont été défendus dans le cadre de cette entente.

C’est pour le savoir que je demande que la lumière soit faite, et cette demande-là est faite directement auprès du Vérificateur général du Québec pour ouvrir une enquête, dit-elle.

Deux grandes affiches du projet minier Authier, de la compagnie Sayona Mining, plantées dans la terre sur un terrain boisé.

Le projet de mine de lithium de la compagnie Sayona Mining est situé à La Motte, alors que North American Lithium est à La Corne. (archives)

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Des risques environnementaux?

Alors que le ministre Fitzgibbon évoque la future synergie entre le projet de NAL à La Corne et le projet Authier à La Motte, le Regroupement vigilance mine de l'Abitibi-Témiscamingue s’inquiète de la vitesse à laquelle le gouvernement semble vouloir aller de l’avant dans ce dossier.

Pierre Fitzgibbon a souhaité se faire rassurant à cet égard. Premièrement, il y a un processus de BAPE qui est en cours. Il faut attendre de voir comment va se conclure le rapport du BAPE. On verra si la société peut faire des aménagements pour respecter les contraintes ou les éléments qui sortiront du BAPE, annonce-t-il.

La synergie entre La Motte et La Corne est un élément important, mais ce n’est pas l’élément le plus important. Le plus important c’est la conversion, et l’assurance d’avoir un succès, conclut-il

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !