•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'érosion des berges menace les égouts aux abords de la rivière Trois-Pistoles

La rivière Trois-Pistoles, par un début de soirée ensoleillée.

La vue de la rivière Trois-Pistoles, entre le pont et le fleuve Saint-Laurent, à Notre-Dame-des-Neiges, à partir du parc de la rue de la Grève. (archives)

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

L'érosion des berges des rives de la rivière Trois-Pistoles, en aval du pont de la route 132, menace une portion de la rue de la Grève, à Notre-Dame-des-Neiges. Selon la Municipalité, la voie asphaltée, les égouts et un poteau d'Hydro-Québec sont notamment menacés.

Le maire de Notre-Dame-des-Neiges, Jean-Marie Dugas, affirme que si rien n'est fait, les résidents du secteur pourraient être privés de leurs services d'égout, en plus de voir le contenu du tuyau se déverser dans la rivière, ce qui aurait des conséquences sur l'environnement.

L'érosion gruge la berge tout près de la rue.

L'érosion gruge la berge sur la rue de la Grève, à Notre-Dames-des-Neiges.

Photo : Gracieuseté de Mikaël Rioux

Il ajoute que des démarches ont été entreprises il y a plusieurs mois pour tenter de contenir l'érosion qui s'accélère. C'est vraiment une question de vagues, de marées. Il n'y a pas eu de glace ou à peu près pas cet hiver, rappelle le maire.

Le fleuve est plus fort que la Municipalité

Une citation de :Jean-Marie Dugas, maire de Notre-Dame-des-Neiges

Selon lui, la Municipalité souhaite procéder à des travaux de stabilisation de la berge le plus rapidement possible. Des travaux d'enrochement pourraient être envisagés.

Par contre, le maire précise que les résultats de l'analyse du terrain et la réponse à la demande d'autorisation formulée auprès du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDELCC) ne pourront sûrement pas être obtenus avant l'automne.

L'agenda des ingénieurs qui doivent concevoir les plans et devis des travaux à présenter au ministère est très chargé en ce moment, toujours selon M. Dugas.

Une firme d'ingénieur [...] va nous préparer des plans et devis et va ultimement proposer ça au ministère de l'Environnement qui considère que ce n'est pas une urgence. Ce n'est vraiment pas "jojo".

Une citation de :Jean-Marie Dugas, maire de Notre-Dame-des-Neiges

On a demandé de pouvoir faire une intervention d'urgence avec les différents ministères impliqués, tant au fédéral qu'au provincial, et ça ne va pas vite, poursuit le maire.

Jean-Marie Dugas précise toutefois que la MRC des Basques et divers intervenants ont été mis aux faits du dossier et que leur intervention pourrait aider à accélérer le processus.

Il ajoute qu'il aurait préféré que des solutions plus douces pour l'environnement soient employées, comme la plantation de rosiers sauvages et d'autres espèces de plantes qui retiennent le sol, mais la Municipalité n'en a pas les moyens.

Le maire rappelle que les travaux de stabilisation qui ont été réalisés un peu plus loin dans le secteur, notamment en revégétalisant les berges, ont été réalisés par le Comité ZIP du Sud-de-l'Estuaire et que les frais avaient été assumés par Ottawa.

Jean-Marie Dugas ajoute que la Municipalité surveille étroitement l'évolution de la situation.

Une grève qui devrait être mieux protégée, selon un résident

Un résident de la rue de la Grève, Mikael Rioux, dénonce l'inadéquation des actions de la Municipalité, selon lui, quant à la protection de la bande riveraine dans le secteur.

Selon Mikael Rioux, la création d'un petit parc le long de la bande riveraine et son entretien contribuent au problème.

Une bande riveraine à moitié tondue.

Selon Mikael Rioux, devrait cesser de tondre la végétation dans le secteur.

Photo : Gracieuseté de Mikaël Rioux

La Municipalité s'obstine chaque année à raser toute la végétation qui pousse à cet endroit-là. [...] Il y a des herbes médicinales, des rosiers sauvages qui poussent à cet endroit-là. En fait, les rosiers sauvages, ça aide à amenuiser l'érosion côtière. Donc, c'est un peu contre-productif d'aller couper tout ça, soutient-il.

Le maire de Notre-Dame-des-Neiges soutient que la Municipalité ne rase pas la végétation à cet endroit. On entretient la bordure, mais jamais on intervient dans la portion qui est près de la rive, dit-il à ce sujet.

Mikael Rioux aimerait aussi que des consultations publiques soient menées auprès des résidents du secteur avant que la teneur des travaux de protection des berges ne soit déterminée.

Il souhaiterait que des méthodes plus douces soient étudiées pour protéger la côte.

La rivière Trois-Pistoles et une partie de la bande riveraine tondue.

Les abords de la rivière s'érodent de plus en plus rapidement près de la rue de la Grève à Notre-Dame-des-Neiges.

Photo : Google Street View

M. Rioux reconnaît toutefois l'urgence d'agir pour protéger la rue de la Grève d'une érosion plus avancée et des conséquences qu'elle pourrait avoir.

Avec les années, les changements climatiques, les rehaussements, les tempêtes qui sont de plus en plus fortes, ça contribue à cette érosion-là. [...] En attendant, il y a une urgence à régler la problématique pour ne pas qu'il y ait de problématique avec les égouts et tout ça, affirme-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !