•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Redonner la rivière Saint-Charles aux oiseaux et aux poissons

Un projet pilote visera à végétaliser une partie du lit de la rivière devant la marina Saint-Roch.

La rivière Saint-Charles, à Québec, à la hauteur de la marina Saint-Roch

La rivière Saint-Charles, à Québec, à la hauteur de la marina Saint-Roch

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

La rivière Saint-Charles fera bientôt l’objet de travaux de végétalisation dans le secteur de la marina Saint-Roch. Ce ne sont toutefois pas les berges, mais plutôt le fond du cours d’eau qui deviendra plus vert, dans le but d’offrir un milieu de vie plus hospitalier pour les poissons, entre autres.

Lorsque le niveau de l’eau est bas et que vous vous promenez le long de la Saint-Charles, en été, il est presque impossible de manquer les accumulations de sédiments qui se sont créées à différents endroits, dans le bas bassin de la rivière.

Ces îlots sableux se sont formés au fil du temps, résultat de particules en suspension dans l’eau qui n’ont pas pu s’écouler jusqu’au fleuve Saint-Laurent.

Rivière Saint-Charles

L'îlot sableux situé devant la marina Saint-Roch est bien visible sur cette photo.

Photo : Radio-Canada / Claude Bellemare

La Ville ne peut pas vraiment les retirer, explique la conseillère municipale Suzanne Verreault, responsable du développement durable et de l’environnement au comité exécutif.

« Il ne faut pas toucher aux sédiments. Ce serait plus nuisible qu'autre chose pour la santé de la rivière parce que c'est très contaminé. »

— Une citation de  Suzanne Verreault, responsable de l'environnement et du développement durable au comité exécutif de la Ville de Québec

Confrontée à cette réalité, la Ville entend donc utiliser ces îlots sableux à bon escient, en y plantant des végétaux adaptés aux milieux semi-aquatiques.

Conjointement avec l’Organisme des bassins versants de la Capitale, la Ville lancera un projet pilote en juillet, en face de la marina Saint-Roch, où se trouve justement l’un de ces grands îlots sableux.

La rivière Saint-Charles, à Québec, devant la marina Saint-Roch

C'est devant la marina Saint-Roch qu'aura lieu le projet pilote de végétalisation d'un îlot sableux, invisible sur cette photo en raison du niveau de l'eau.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Double objectif

Suzanne Verreault affirme que les végétaux auront un effet positif sur l’érosion des berges, un phénomène naturel que la Ville espère ralentir le plus possible. On n’y échappe pas, dit-elle.

Mais l’objectif le plus important du projet pilote est de rendre le fond de la rivière plus attrayant pour que les animaux puissent en bénéficier davantage.

« C'est là qu'on va voir si c'est possible de créer ce nouvel environnement-là, qui sert à restaurer les habitats de biodiversité autant pour la faune aviaire que pour la faune aquatique. »

— Une citation de  Suzanne Verreault, responsable de l'environnement et du développement durable au comité exécutif de la Ville de Québec

Mme Verreault indique que des observations seront faites sur une année complète, afin d’évaluer les effets liés à la végétalisation d’un îlot sableux.

Si ça s'avère concluant, ce projet-là, évidemment, on va procéder [à la végétalisation d’îlots sableux] à d'autres endroits sur la rivière Saint-Charles, mais peut-être aussi sur d’autres rivières de la ville, affirme-t-elle.

Plus d’espèces de poissons

Le projet pilote tombe à point puisque l’an prochain, le barrage situé à environ 800 mètres de la marina Saint-Roch, à l’embouchure du fleuve Saint-Laurent, fera l’objet d’importants travaux de réfection.

Le barrage Joseph-Samson, sous le pont Samson à Québec, est couvert de graffitis

Le barrage Joseph-Samson, à l'embouchure du fleuve Saint-Laurent sur la rivière Saint-Charles, fera l'objet de travaux de réfection de 2022 à 2025.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Les travaux, qui s’échelonneront jusqu’en 2025, prévoient notamment doter le barrage Joseph-Samson d’une vanne qui permettra le passage de certaines espèces aquatiques bénéfiques pour la rivière Saint-Charles.

Autrement dit, d’ici quelques années, davantage de poissons devraient entrer dans le cours d’eau et, moins d’un kilomètre plus loin, ils auront accès à des végétaux semi-aquatiques déjà bien implantés.

Le coût du projet de végétalisation de l’îlot sableux de la marina Saint-Roch s’élève à un peu plus de 73 000 $. La majorité de cette somme (environ 54 000 $) provient du programme Affluents maritimes, financé en grande partie par le gouvernement du Québec.

Le reste provient de la Ville de Québec, notamment du projet Rêvons nos rivières, précise Suzanne Verreault.

On est quand même chanceux, comme municipalité, d'avoir de belles rivières qui traversent notre territoire, alors on va mettre ça en valeur.

L’Organisme des bassins versants de la Capitale n’a pas été en mesure d’accorder une entrevue à Radio-Canada, en raison des termes de l’entente qui le lie au gouvernement pour le financement accordé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !