•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget à Terre-Neuve-et-Labrador : « Une année perdue »?

Andrew Furey.

Le gouvernement libéral d'Andrew Furey, le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, a déposé son nouveau budget lundi.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

« Une année perdue » où Terre-Neuve-et-Labrador « repousse à plus tard les décisions difficiles ». C’est ce qu’évoque l'économiste Pierre-Marcel Desjardins en décrivant les mesures annoncées lundi dans le nouveau budget provincial.

Le gouvernement libéral qualifie son budget de 2021-2022 de première étape vers la réduction des déficits structurels. La province n’a affiché des surplus que dix fois depuis son adhésion à la Confédération, en 1949. Toutefois, les réductions de dépenses les plus importantes devront attendre au moins une autre année.

Pour le moment, le gouvernement annonce qu'il supprime trois organismes et fusionne certains services administratifs des régies de santé, sans préciser les économies qui seront réalisées. Il réduit graduellement la subvention accordée à l’Université Memorial, à compter de l'an prochain. Il adopte une loi pour interdire les déficits, sans prévoir un surplus avant 2026.

Un homme barbu qui parle sérieusement.

L'économiste Pierre-Marcel Desjardins

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

On ne fait pas preuve d’énormément de courage, estime Pierre-Marcel Desjardins en notant que les dépenses publiques vont augmenter de 10 % en 2021-2022, pour atteindre un sommet historique de 9,3 milliards de dollars.

Les dépenses devraient chuter de plus de 800 millions de dollars en 2022-2023, selon les prévisions du gouvernement. Les libéraux n’ont pas encore précisé leur plan pour atteindre cette cible, mais ils rappellent que la province recevra moins d’aide fédérale après la pandémie.

Il est impossible d’inclure tout les détails de notre plan dans un simple budget. Il faut prendre le temps, comme Moya Greene l'a souligné dans son rapport, pour bien évaluer les choses.

Une citation de :Andrew Furey, premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador

Le premier ministre Andrew Furey, qui a commandé un récent rapport indépendant recommandant une série de compressions importantes pour restructurer le gouvernement, soutient que le budget signale plusieurs pistes de solution pour redresser les finances publiques.

Soyons très clairs. Nous parlons de l’Université Memorial dans ce budget, nous parlons de la fusion des régies de santé, nous parlons de l’intégration du conseil scolaire [anglophone] dans le ministère [de l’Éducation]. Et nous le faisons pour réaliser des économies, affirme le premier ministre, en rappelant que le gouvernement va aussi restructurer la société d’État Nalcor et réviser les services de travailleurs et les autres agences et commissions.

Un plan qui dépend du pétrole

Le retour au surplus budgétaire dépend grandement de la stabilité des prix du pétrole et du dollar canadien. Ces facteurs inquiètent Pierre-Marcel Desjardins.

Ce sont deux éléments que le gouvernement ne contrôle pas. Donc, malgré toutes les bonnes mesures, la bonne volonté du gouvernement pour assainir les finances publiques au cours des prochaines années, le plan ne sera atteignable que si les prix du pétrole et le dollar canadien collaborent à cette initiative-là, affirme M. Desjardins. Et ça, c’est à peu près impossible de véritablement prédire.

L’économiste, qui dirige l’École des hautes études publiques de l’Université de Moncton, rappelle aussi que les autres provinces surveillent de près les négociations entre Ottawa et Terre-Neuve-et-Labrador pour alléger le fardeau financier du projet hydroélectrique de Muskrat Falls, dont le coût a doublé depuis 2010.

[Ottawa] devrait être un partenaire, mais pour que le gouvernement puisse jouer ce rôle-là, il faut que le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador démontre qu'il est sérieux et en augmentant ses dépenses de programmes de 10 %, ce n'est pas nécessairement le meilleur signal qu’on donne aux autres provinces canadiennes qui vont regarder avec une extrême vigilance ce que le gouvernement fédéral fera, explique-t-il.

Le ministre fédéral responsable de Terre-Neuve-et-Labrador, Seamus O’Regan, n’était pas disponible pour une entrevue.

Il y a beaucoup de travail difficile qui nous attend. Beaucoup de décisions difficiles. Et nous travaillerons avec la province pour nous assurer que les Terre-Neuviens et les Labradoriens ne sont pas laissés pour compte, affirme-t-il dans un communiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !